L’ALGÉRIE AU FORUM DES PAYS EXPORTATEURS DE GAZ, JEUDI, À MOSCOU : L’évolution du marché et ses perspectives au menu

0
Source :

L’Algérie prendra part à la 21ème réunion du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), qu’abritera Moscou, jeudi prochain, en marge de la 3ème édition de la Semaine russe de l’énergie, qui débutera demain pour s’achever le 5 octobre prochain. Les ministres membres du Forum se pencheront sur l’examen des questions liées à l’évolution du marché du gaz et ses perspectives, ainsi que l’état des avancées du projet de la mise en place de l’Institut de recherche sur le gaz « Gas Research institute-GRI, dont le siège est à Alger. C’est ce qu’a précisé, hier, le ministère de l’Énergie, dans un communiqué, annonçant la participation de l’Algérie, jeudi prochain, à Moscou, à la 21ème réunion du GECF. En prévision du rendez-vous, à la capitale russe, le ministre de l’énergie, Mohamed Arkab avait tenu, le 24 septembre dernié, une réunion de travail avec les membres de l’équipe en charge de la mise en œuvre de l’Institut de recherche sur le gaz, au siège du département ministériel, en présence du P-dg de Sonatrach, note la même source. Lors de cette importante réunion du GECF, qui sera organisée en marge de la 3ème édition de la Semaine russe de l’énergie prévue du 2 au 5 octobre dans la capitale russe, les ministres membres du forum examineront les questions relatives à l’évolution du marché du gaz et ses perspectives, ainsi que l’état d’avancement du projet de la mise en place de l’Institut de recherche sur le gaz (Gas Research Institute-GRI) du GECF, dont le siège est à Alger, a précisé la même source. À cette occasion le ministre Arkab a mis l’accent sur l’importance de l’institut en question « en tant qu’outil de développement technologique » pour les pays membres du GECF et pour l’Algérie.
Le GRI a pour objectif, dira le ministre, «  d’être un institut de recherche de niveau mondial, de renforcer la coopération entre les pays membres du GECF, de la formation et de l’échange des expertises » ainsi que « le développement des bases de données techniques et scientifiques», a-t-il ajouté. Poursuivant son propos, le premier responsable du secteur de l’énergie a soutenu également que « le GRI vise aussi à offrir des opportunités de formation dans les domaines technologiques de pointe ». La décision de création de cet institut en Algérie, a été adoptée à l’unanimité, pour rappel, lors de la 19ème Réunion ministérielle, à Moscou, en octobre 2017 et l’importance du GRI pour les pays membres a été soulignée, un mois après, dans la déclaration sanctionnant les travaux du 4ème Sommet des chefs d’États et de gouvernements du GECF, tenu en novembre 2017, à Santa Cruz de la Sierra, en Bolivie. L’Algérie avait abrité, pour rappel, la 10e réunion ministérielle du GECF, en 2010, à Oran. Le GECF est composé de l’Algérie, la Bolivie, la Russie, l’Iran, l’Égypte, la Guinée équatoriale, la Libye, le Qatar, Trinité-et-Tobago, les Émirats arabes unis et le Venezuela et compte des pays ayant le statut de membres observateurs, à savoir : l’Azerbaïdjan, l’Irak, le Kazakhstan, la Norvège, Oman, le Pérou et l’Angola.
Karima B.

Lire aussi  BENFLIS À MOSTAGHANEM : «Le développement passe par des Institutions légitimes»
Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici