L’AVEU DE MOHAMED DJEMAÏ, SG DU FLN : «Nous sommes une partie de la crise !»

2

Au moment où le pays vit une situation critique, dont toute la classe politique et nationale multiplient les efforts afin de trouver une solution de sortie de crise, le parti FLN s’occupe toujours de ses affaires internes essayant de remettre de l’ordre dans ses rangs.
En effet, le secrétaire général du parti, Mohamed Djemaï, s’est réuni hier avec la commission des sages. Celle-ci regroupe les anciens cadres et militants du P/FLN. Il s’agit lors de cette rencontre de « relancer le parti sur la scène politique en lui redonnant son rôle de leader au service du pays », selon les termes employés par son SG.Dans ce même contexte, Djemaï a affirmé que son parti assumera sa responsabilité envers la crise qui mine le pays. «Nous assumons notre responsabilité envers ce peuple et ce pays», ajoutant que «notre mission à venir c’est celle de travailler en faveur du pays et du peuple avec beaucoup de courage et de forte volonté», précise-t-il. Avant de continuer : «Il est de notre devoir, l’histoire ne sera pas clémente », a-t-il averti ses militants. Sans hésiter, le SG a précisé que tout le monde est concerné par cette crise. Pour ne pas dire, l’ex-parti unique ne devrait pas, à lui seul, en «assumer la responsabilité». «Certes nous sommes en quelque sorte une partie de la crise», mais, poursuit-il, «si on analyse la situation, commençant par les petites institutions (les communes) on trouvera que celles-ci regroupent plusieurs partis ». Avant d’ajouter « sur le plan national aussi le P/FLN n’a jamais gouverné le pays ! » affirme-t-il, en lançant «ce sont des vérités qu’il faut dévoiler ».
D’un autre côté, Djemaï s’est montré optimiste par rapport à la situation actuelle, en disant : «Je pense que cette période va bien passer et elle sera une bonne leçon à retenir ».
Abordant la crise au sein de son parti, Djemaï a réaffirmé, à la même occasion, que le seul objectif du FLN actuellement est de travailler pour l’intérêt du pays et son avenir. Il a appelé en ce sens à dépasser les intérêts individuels. «En ce moment, l’Algérie a besoin de nous, il faut oublier nos conflits », avant d’ajouter qu’«il ne faut pas s’accrocher ni aux postes ni aux personnes même s’il s’agit du secrétaire général».
D’un ton coléreux, Djemaï lance : «Qu’ils aillent en enfer les postes et les idéologies. Il faut maintenir les Institutions de l’État, sa sécurité et son fonctionnement», souligne-t-il. Faisant ainsi abstraction des affaires judiciaires de son prédécesseur et d’autre militants et cadres du P/FLN impliqués dans des affaires de corruption, à l’instar de Djamel Oueld Abbès, qui est actuellement sous mandat de dépôt à la prison d’el Harrach, pour ne citer que celui-ci.
Revenant sur les problèmes internes du parti, le SG du FLN a avoué que sa formation politique «a beaucoup souffert, ces derniers temps, des conflits internes». Des conflits, cite-t-il, qui minent les membres du groupe parlementaire, appelant, dans ce sillage, cadres et militants à ouvrir une nouvelle page. «Nous devons tourner la page. Il faut veiller sur la continuité du parti», Djemaï en appelle à ses militants.
Sarah Oubraham

Source : lecourrier-dalgerie

2 Commentaires

  1. LE PEUPLE ATTEND DES “RESPONSABLES”, QUELS QU’ILS SOIENT Où QU’ILS SOIENT, DE S’IMPRÉGNER DE LA CULTURE DE LA DÉMISSION LORSQUE C’EST NÉCESSAIRE. SINON ILS DEVIENNENT IRRESPONSABLES.

  2. Djamel ould abbes est incarcéré certes mais a t’on saisis tous ces biens et exiger le remboursement des 6200 milliards détournés. Le FLN veut tourner la page et écrire à l’encre sympathique afin de laisser les pages blanches.57 ans d’emprise et de rapines ont laissées des blessures indélébiles sur le moral d’un peuple aussi responsable que le parti.car la gangrene a atteint a atteint la base.

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here