«L’ENGRAISSEMENT ANARCHIQUE DES MOUTONS DERRIERE LE PHENOMENE», EXPLIQUE H. MENOUAR, PDT DE L’ASSOCIATION «EL AMAN» : Encore de la viande purifiée !

0

Le phénomène de putréfaction de la viande des moutons de l’Aïd El -a Adha, refait surface, une nouvelle fois cette année, où 50 cas ont été signalés, hier, dans plusieurs région du pays par l’Organisation algérienne pour la protection et l’orientation des consommateurs. Sur les réseaux sociaux, des citoyens de plusieurs wilayas du pays, particulièrement Constantine, Alger, Biskra, Skikda et Blida, ont eu une affligeante surprise de voir leur mouton se putréfier, dès le lendemain de la fête, soit après le découpage des carcasses des bêtes. Il a été constaté que la viande a pris une couleur bleue et dégageant une odeur nauséabondes. Les associations et autres organisation de protection du consommateur confirment l’apparition de ces cas, mais assurent que la situation est très loin d’être comme celle des deux années précédentes. Le président de l’association « El Aman », Hassan Menouar, a pour sa part minimisé la gravité de la réapparition de ce phénomène, indiquant que « l’ampleur n’est pas aussi importante que les deux dernières années, mais quelques cas ont quand même été enregistrés. » Assurant que son association n’a relevé aucun cas de putréfaction de viande. Il ajoutera dans ce sens que « ce sont des cas isolés. Ce n’est pas la même ampleur que les deux ans dernières années», a-t-il soutenu. Pour lui, donc « ce sont des cas minimes ». Menouar affirme que « ceux qui ont vu la viande de leurs moutons se putréfier ont acquis leurs bêtes dans des points de vente informelle. Ils n’ont pas respecté nos recommandations de n’acheter qu’au niveau des points de vente officiels », a-t-il avancé. Interrogé sur les raisons de la réapparition de ce phénomène pour la troisième année consécutive, notre interlocuteur nous a fait savoir que « ceci est dû au dopage des moutons et l’usage des produits chimiques d’une façon anarchique. L’engraissement rapide des bêtes en un temps très court est pour beaucoup dans cette détérioration de la viande», a-t-il fait savoir. Enchaînant : « la chaleur, les conditions lamentables de préservation de la viande, les mauvaises conditions d’hygiènes, les coupures d’électricité et celles des eaux peuvent être aussi derrière la putréfaction de la viande », affirme-t-il. Entre autres, Hassan Menouar dira que « les services vétérinaires du ministère de la Santé avaient ouvert une enquête, il y a deux ans, pour connaitre les raisons de ce phénomène, mais jusqu’à présent l’enquête n’a donné aucun résultat concret. » Questionné sur la possibilité d’établir les mêmes démarches auprès de ces mêmes services afin avoir les résultats adéquates de l’enquête, Menouar a vu qu’il n’est pas nécessaire de faire la procédure alors que « les cas signalés sont isolés.» Rappelons que durant les deux Aïd El Adha passés, des milliers de moutons avaient été touchés par ce phénomène. La fête de l’Aïd s’était ainsi transformée en véritable cauchemar pour des milliers de foyers.
Med Wali

Source : lecourrier-dalgerie

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here