LES AFFAIRES HANOUNE, BENHADID ET KAMEL CHIKHI RELANCÉES AUJOURD’HUI : La justice sous les feux de la rampe

0

L’activité judiciaire promet d’être intense aujourd’hui. En effet, les regards seront braqués sur trois affaires distinctes, à savoir : celle de Louisa Hanoune, ainsi que celle du général Hocine Benhadid, sans oublier, l’affaire des conservateurs fonciers dans laquelle Kamel Chikhi, dit « El boucher » est impliqué. Donc, que ce soit au niveau du tribunal militaire de Blida, ou au tribunal de Sidi-M’hamed, ces affaires risquent d’être au centre de l’actualité. En ce sens, la justice sera sous les feux de la rampe.

Dans le détail, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, sera entendue, aujourd’hui, par le juge d’instruction du tribunal militaire de Blida. C’est du moins ce qui a été annoncé par le parti et confirmé par son avocat Me Boudjemaâ Ghechir. Selon ce dernier, les avocats de Hanoune asisteront à l’audience qui se déroulera dans le bureau du juge d’instruction. Ce dernier décidera, à la fin de l’audience, s’il prolongera le mandat de dépôt de la secrétaire générale du PT ou s’il la remettra en liberté provisoire, ajoute la même source.
Pour rappel, le 20 mai dernier la chambre d’accusation près la cour de Blida a rejeté l’appel introduit par la défense de Louisa Hanoune, concernant sa mise en liberté provisoire. Rappelons que Louisa Hanoune est mise sous mandat de dépôt depuis le 9 mai dernier par le juge d’instruction près le tribunal militaire de Blida. La secrétaire générale du PT est poursuivie dans le cadre de l’affaire de «conspiration contre l’autorité de l’Armée et l’autorité de l’État», pour laquelle Saïd Bouteflika et les généraux Toufik et Tartag ont  également poursuivis.
Pour ce qui est du tribunal de Sidi M’hamed, celui-ci aura à se pencher sur deux autres affaires. La première, concerne l’affaire des conservateurs fonciers, dans laquelle Kamel Chikhi, principal accusé dans l’affaire des 701 kg de cocaïne est impliqué. Programmé initialement pour le 22 mai dernier, ce procès a été reporté suite à la demande formulée par l’un des avocats de la défense. Le principal accusé dans cette affaire comparaîtra avec 12 prévenus, qui sont les chefs des services de l’urbanisme des communes de Kouba, Aïn-Benian, Draria, Chéraga et Hydra, les conservateurs fonciers de Hussein-Dey et Bouzaréah, de deux contrôleurs de la conservation foncière de Hussein-Dey, d’un fonctionnaire de la conservation foncière de Bouzaréah et d’un architecte de la direction de l’urbanisme d’Alger. Les prévenus sont poursuivis pour «corruption», «abus de fonction» et «perception d’indus cadeaux».
L’affaire concerne les documents, livrets fonciers et actes de propriété relatifs à la société de « Kamel El Boucher». L’accusé Kamel Chikhi, en détention provisoire, est poursuivi dans 4 affaires, dont celle du trafic de cocaïne qui «n’est pas encore enrôlée», a rapporté il y a quelques jours l’agence officielle.
Pour ce qui est de l’affaire du général à la retraite, Hocine Benhadid, celle-ci devait être ouverte le 15 mai dernier, avant d’être ajournée pour aujourd’hui. Hocine Benhadid a été arrêté le 12 mai et mis sous mandat de dépôt par le tribunal de Sidi-M’hamed pour «atteinte au moral des troupes de l’ANP».
L’avocat du général à la retraite, Me Bachir Mechri, a alerté, hier, sur l’état de santé de son client, considérant que celui-ci «risque de mourir d’un moment à l’autre». Selon les explications de l’avocat, le général à la retraite a été arrêté à cause de propos qu’il a tenus dans une lettre publiée dans la presse et qu’il a adressée au général de Corps d’armée, Ahmed Gaïd-Salah.
Benhadid a déjà été condamné en 2016 à une année de prison avec sursis pour «outrage à corps constitué». Arrêté en septembre 2015 dans le cadre de cette affaire, il a été remis en liberté en juillet 2016.
À noter que ces affaires ne sont qu’une goutte dans l’océan des dossiers sur lesquels la justice se penche depuis le début du mouvement populaire pacifique. Par conséquent, l’on s’attend dans les mois qui viennent à l’ouverture d’autres procès qui concernent la corruption, dans lesquels de hauts fonctionnaires de l’État sont impliqués.
Lamia Boufassa

Source : lecourrier-dalgerie

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here