L’EUCOCO ET LA CAUSE SAHRAOUIE : Intensification en vue de la bataille internationale pour l’autodétermination du peuple sahraoui

0

La Coordination européenne des comités de soutien au peuple sahraoui s’est engagée à intensifier les actions de sensibilisation vis-à-vis de la cause sahraouie et à mobiliser l’opinion publique pour que la communauté internationale intervienne contre la violation des droits de l’Homme et le pillage des ressources au Sahara occidental occupé. Réunis à Vitoria-Gasteiz, capitale du pays basque espagnol,   les membres de la Coordination européenne ont appelé à intensifier la bataille internationale, à mobiliser l’opinion publique pour que la communauté internationale intervienne contre la violation des droits de l’Homme et le pillage des ressources au Sahara occidental occupé par le Maroc et  agir pour faire respecter les résolutions de l’ONU et de l’Union africaine (UA) prévoyant le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.
Intervenant, lors de cette réunion préparatoire de la 44e édition de la Conférence européenne de coordination du soutien au peuple sahraoui (EUCOCO), le président de la Coordination, Pierre Galland, s’est engagé à organiser des activités sur tout le continent européen afin de mobiliser la société civile sur la question sahraouie, rappelant la « responsabilité collective » des pays européens dans le processus de décolonisation du Sahara occidental. M. Galland a abordé, à l’occasion, les travaux d’organisation de l’EUCOCO 2019 prévue en novembre à Vitoria-Gasteiz, en présentant les avancées et les questions centrales de cette 44e édition. Les responsabilités de l’Espagne et de l’Union européenne dans la décolonisation du Sahara occidental seront au centre de cette importante conférence internationale de soutien au peuple sahraoui, a-t-il souligné.  Présente lors de cette réunion, la déléguée du Front Polisario en Espagne, Khira Boulahi, a invité les membres de la Coordination à prendre en compte « la nouvelle configuration européenne et à saisir les opportunités », mettant  l’accent sur la nécessité de coordonner de nouvelles stratégies entre le mouvement de solidarité et les délégations du Front Polisario afin d’obtenir la participation des acteurs politiques européens. De son côté, le ministre délégué sahraoui pour l’Europe, Mohamed Sidati, a rappelé la situation actuelle du conflit marquée par la démission de l’Envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara occidental, Horst Köhler, les manœuvres du Maroc et la bataille engagée par le Front Polisario devant les tribunaux européens pour empêcher l’exploitation illégale des ressources naturelles du peuple sahraoui.  M. Sidati a affirmé, en outre, que l’ONU travaillait à la nomination d’un nouvel envoyé spécial au Sahara occidental afin de poursuivre les efforts initiés par l’ancien président allemand pour la résolution du conflit et la tenue du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui.  À ce propos, le responsable sahraoui a précisé que « toute médiation dirigée par l’ONU entre le Maroc et le Front Polisario doit conduire à la tenue du référendum sur l’autodétermination du peuple sahraoui ».
Mokhtar Bendib

RENCONTRE À PANAMA ENTRE FELIPE VI ET BRAHIM GHALI
L’Espagne doit réparer son erreur du non parachèvement du processus de décolonisation
Le président sahraoui,   Brahim Ghali,  a transmis, au roi d’Espagne, Felipe VI, les salutations du peuple sahraoui et a  souligné  la nécessité de promouvoir des actions entre les deux pays permettant de « réparer les erreurs du passé», en une claire allusion à l’abandon du Sahara occidental au Maroc.
C’est la première fois que le chef de l’État sahraoui s’adresse directement   au souverain espagnol, à l’occasion de la cérémonie officielle d’investiture du nouveau président panaméen, Laurentino Cortizo Cohen, en marge de laquelle, le président sahraoui et le roi espagnol se sont rencontrés.
« Lors d’une rencontre historique, le président Ghali a présenté au roi d’Espagne, Felipe VI, les salutations du peuple sahraoui et évoqué la nécessité de promouvoir des actions permettant de réparer les erreurs du passé », a indiqué un responsable sahraoui. Avec une forte charge symbolique, la rencontre entre le roi d’Espagne, Felipe VI,­­­­ et le président sahraoui, Brahim Ghali, a été une occasion de réaffirmer la nécessité impérative de soutenir le peuple sahraoui dans la consolidation de son État et de garantir son indépendance et sa souveraineté sur son territoire.
D’un autre côté et lors d’un dîner en l’honneur des chefs d’État et de gouvernement invités à l’investiture du nouveau président, Laurentino Cortizo Cohen, le président sahraoui a félicité également le président sortant, Juan Carlos Varela, pour son travail et ses efforts durant son mandat, rappelant les liens étroits entre la RASD et la République du Panama.  Dans le cadre de sa visite  au Panama pour participer à l’investiture du président élu, le président Ghali, a eu des entretiens bilatéraux avec des dirigeants des pays de l’Amérique latine. Il a rencontré également le nouveau président du Panama, qui lui a exprimé sa satisfaction de l’état des relations entre les deux pays, précisant que « les deux peuples panaméen et sahraoui sont géographiquement éloignés, mais entretiennent de bonnes relations ».
Dans une déclaration à la presse , le chef de l’État  sahraoui a rappelé les relations historiques existantes entre les deux pays. »Je suis sûr que nous développerons nos relations dans l’intérêt de nos deux peuples. Nous sommes deux peuples géographiquement éloignés, mais  de nombreux liens et relations nous  unissent « , a ajouté  M. Ghali. Le Panama avait établi des relations diplomatiques avec la RASD le 23 juin 1978. Un fait qui donne à ce pays d’Amérique latine une place privilégiée dans l’histoire et la lutte du peuple sahraoui.
M. B.

Source : lecourrier-dalgerie

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here