L’EXPERT MOHAMED BOUKHARI ANALYSE, POUR « LE COURRIER D’ALGÉRIE », LES COURS FINANCIERS DU MARCHÉ INFORMEL : Rush sur les devises au Square Port Saïd

0

Après avoir connu une chute sensible de sa valeur face au dinar algérien, durant les deux dernières semaines, les cours de l’euro ont de nouveau enregistré une hausse sensible, hier, sur le marché informel algérien. Hier, au niveau du square Port Saïd à Alger, l’un des plus importants marché noir des devises, la monnaie européenne a connu une hausse remarquable dans l’espace de deux jours, passant de 195 DA à 205 DA pour un euro, où le prix de son achat est à 200 DA.

Pour connaître les explications de ce coup de flipper, baisse et augmentation de la monnaie unique européenne, en un laps de temps. Nous avons contacté, hier dans l’après-midi, l’économiste et professeur à l’université d’Alger 3, Mohamed Boukhari, observateur attentif dans le domaine des finances, nous a répondu par deux hypothèses ». Dans la première, il faut prendre en compte l’évolution du taux de change au niveau du marché informel, qui est difficile à le modéliser pour cause de l’absence de données fiables, donc il est très difficile de le contrôler. « Suite à la manœuvre de la justice avec sa politique mains propres qui a fait peur aux hommes d’affaires qui ont l’habitude de détourner l’argent via l’informel, donc sur le marché noir des devises il n’y avait pas eu la demande habituelle sur l’euro, et dans ce cas, le dinar a enregistré une hausse par rapport à l’euro. Quant à la deuxième hypothèse, notre interlocuteur dira qu’ » il s’agit d’une situation d’incertitude à cause de la crise politique et économique que traverse le pays, et on ignore ce qui va se passer dans l’avenir », estime le professeur universitaire. Dans ce sillage, Mohamed Boukhari souligne qu’ » en général, la théorie économique explique, dans ce cas de figure, la possibilité d’investir l’argent caché dans certains projets. » Questionné sur la hausse des cours de l’euro si elle a une relation avec les estivants qui vont passer leurs vacances à l’étranger, vu que la demande sera plus au moins importante, Boukhari précise que « d’un côté, je ne pense pas qu’il y ait une relation directe puisque il y a moins de consommation, notamment dans le tourisme. Par contre, il y a des gens qui ont profité après la baisse de sa valeur pour acheter quelques euros pour les mettre de côté, donc je pense qu’il y a eu une anticipation vers l’augmentation de la valeur de l’euro. Ce petit mouvement de foule a fait réveiller, une nouvelle fois, la hausse du billet unique européen », a-t-il estimé.
Med Wali

Source : lecourrier-dalgerie

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here