Lutte contre la corruption :La première salve de l’ONPLC

8
Source :

On annonce à cette journée d’étude, la présence de représentants des départements ministériels, des organismes de contrôle et de consultation, des institutions économiques et bancaires, des associations civiles et des groupements professionnels.

La problématique de la corruption et de ses conséquences sur le tissu social et sur les institutions du pays, constitue un véritable casse-tête aux organes dédiés à la lutte contre ce dangereux phénomène qui gangrène des pans entiers de la société, ainsi que de l’administration. Les Algériens qui en savent quelque chose, pour avoir été en contact avec un corrompu ou un corrupteur, attendent beaucoup des instances de lutte, notamment l’Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLC). Cet organe sur les épaules duquel est censé reposer une bonne partie de la stratégie anti-corruption de l’Algérie, a-t-il failli à sa mission ou a-t-il été empêché d’agir ?
La question est pertinente et la réponse sera donnée aujourd’hui par les cadres de l’ONPLC à l’occasion d’une journée d’étude consacrée au débat et à l’examen des axes stratégiques de l’avant-projet de la politique nationale globale de prévention contre la corruption.
Le communiqué de l’organe qui rapporte cet événement, censé concentrer toute l’attention des intervenants dans le sensible domaine de la lutte contre la corruption, révèle que la rencontre, qui sera organisée à l’Ecole supérieure d’hôtellerie et de restauration, verra la participation d’enseignants et de chercheurs universitaires intéressés par la lutte contre la corruption et les différents domaines y afférents.
Du beau monde donc et des spécialistes avérés du domaine sont attendus pour donner leur appréciation dans le cadre des concertations lancées par l’ONPLC avec les acteurs de la scène nationale. On annonce à cette journée d’étude, la présence de représentants des départements ministériels, des organismes de contrôle et de consultation, des institutions économiques et bancaires, des associations civiles et des groupements professionnels.
Le communiqué rappelle que «L’ONPLC s’attelle à élaborer un avant-projet pour proposer une politique nationale globale de prévention contre la corruption, en impliquant tous les secteurs gouvernementaux». Il faut savoir à ce propos, que le président de l’ONPLC, Tarek Kour, avait, à plusieurs occasions, souligné que les pouvoirs publics s’étaient engagés à demander des comptes à toute personne impliquée dans des affaires de corruption «quelles que soient leurs fonctions politiques et administratives ou encore leur position sociale».
Cette démarche s’inscrit dans le cadre «d’un système global complémentaire et une vision politique aux contours clairs» qui a pour objectif «la consécration de l’Etat de droit et qui reflète l’intégrité, la transparence et la responsabilité dans la gestion des affaires publiques», selon le responsable. De même qu’il avait insisté sur l’impérative révision de la loi 01-06 relative à la prévention et la lutte contre la corruption pour s’adapter aux mutations et développements survenus dans le pays en cette période sensible.
A aucun moment de la vie de la Nation, pareille rencontre n’est intervenue au bon moment.
Les observations et recommandations des participants à ladite journée, auront théoriquement un prolongement sur le terrain de la lutte contre le fléau de la corruption. Le président de l’ONPLC a ouvert une piste en faisant référence à la loi 01-06. Sommes-nous à la veille d’une véritable guerre contre la corruption ? On le saura bien assez tôt.

Anissa Mesdouf 

 

Lire aussi  La direction de campagne de Tebboune porte plainte contre celle de Mihoubi
Source :

8 Commentaires

  1. Cause toujours tu m’intéresse, ces soit-disant campagnes contre la corruption, c’est des pipeaux, de l’indeformation, mensonges, lorsqu’un président de tribunal vous demande devant sa secrétaire de l’argent sans crainte, ni respect, des fonctionnaires d’administrations de même, et plus simple comment puisse fermer les yeux sûr des personnes où le jour et lendemain deviennent des milliardaires, et personne n’ose leurs demander d’où viennent ils cette fortune, comme l’Algérie est un pays de miracle, les trésors sont juste à deux pas de la porte d’entrée

  2. Et que dire des agents de l’éclairage public qui détournent à leur profit l’énergie destinée la population ?
    Ils se branchent, ou se font brancher .
    Qui est en mesure -parmi les citoyens- de comprendre où arrivent certains câbles ?
    La mission d’ EL INARA doit veiller au grain et radier , parmi leurs effectifs , ceux qui dilapident sans aucune pitié, ce qui est considéré comme étant un bien du peuple.
    L’allusion est claire qu’il s’agit du secteur de Boufarik/BenChabane/Bouagueb.

  3. D’accord avec toi aneya
    Plus aucun passe-droit celui qui sous qui paye construction des prisons en plein désert et que c’est prisonniers fasse le barrage vert pour gagner leur soupe il y a que comme ça pour changer les mentalités et dégager tous les harkis qui ont des postes clés et qui ne sont pas les patriotes une seule devise La Patrie ou la mort nous vaincrons Watani Watani Watani

  4. A Saladin le Zinzin,
    Pauvre couillon tu fais vraiment Pitié avec toi watani, aujourd’hui ton Watan est en train d’être dilapider par ton Gaid et ses chiatines comme toi.

  5. La solution: séparation des pouvoirs, liberté de la justice et de la presse. Que la justice soit au-dessus de tous. Toutes autres voies ou initiatives ne sont que gesticulations.

  6. @Bibi

    Un langage de voyou dans un site où père et fils parcourent les commentaires .
    Penser que “”Gaid est entrain de dilapider les biens” du pays , est une erreur que je me refuse d’avancer. Par contre, ton langage fait montre d’un excès de zèle….excès mal placé.
    Éduquer le peuple est l’impératif du moment avant d’avancer et de dissiper le brouillard.
    Ceux qui essaient, par le mot et le verbe d’intervenir pour inviter les concitoyens à se ressaisir, ceux là sont traités de parasite , de mouche et autres termes les invitant à penser comme ils pensent. C’est ceux-là le malheur du pays et c’est ceux-là qu’il faudrait envoyer au Sud pour des travaux du type du barrage vert.

  7. A Algérienne,
    Vous êtes une groupie du grabataire pédophile, c’est une certitude.

    Quant à mon langage que vous qualifiée de langage de voyou!!! sic…
    Occupez vous d’adorer votre dictateur pédophile et laisser les vrais Algériens dire et de s’occuper de leurs révolution.
    Quant à éduquer le peuple charité bien ordonnée commence par soit même.
    Commencez par apprendre les mots Liberté, égalité des chances, justice sociale, amour de la patrie et non du cachir, justice libre, en un mot la Démocratie.
    Après quand tous ces critères seront réunis dans notre pays on pensera à d’autres choses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici