LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSFRONTALIÈRE EN AFRIQUE : Smaïl Chergui plaide pour l’autonomie financière de l’Afripol

0
Source :

Le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), Smaïl Chergui, a plaidé, hier, en faveur de l’autonomie financière des pays africains pour soutenir la sécurité dans le Continent.

S’exprimant en marge de la 3ème Assemblée générale de l’Afripol qui se tient à Alger, le diplomate a souligné « la nécessité que les pays africains reposent sur leurs propres moyens financiers même si ces derniers sont limités ». «C’est la recommandation qui ressort du sommet extraordinaire des dirigeants des quinze pays de la Cédéao », a rappelé Chergui, en précisant que « ces pays ont fait le pari de mobiliser auprès de ses États membres un milliard de dollars sur cinq ans ».Tout en rappelant que le «  Sommet du G5 tenu il y a deux ans à Bruxelles a abouti à débloquer 414 millions d’euros pour soutenir la sécurité dans cinq pays du Sahel », Chergui a précisé que «  seulement 25 millions d’euros ont finalement été débloqués ». Il a considéré, par conséquent, nécessaire que «  les pays africains reposent sur eux mêmes pour soutenir la sécurité dans le Continent ».
« L’Afripol est debout, grâce au soutien de tous les pays africains », a-t-il appuyé, en faisant savoir qu’un « Sommet ministériel est prévu prochainement à Bamako pour appuyer cette approche  ». Par ailleurs, le Commissaire à la paix et à la sécurité a fait part du rôle de cette réunion, qui se clôture aujourd’hui, en matière de «coopération sécuritaire entre les pays africains ». Ainsi, il a fait savoir que « plusieurs points sont à l’ordre du jour de cette 3ème Assemblée générale », dont « la coopération avec les organisations sécuritaires régionales, l’adhésion au mécanisme de l’Afsekom, la lutte contre toutes les formes de la criminalité transfrontalière… ». « Plusieurs preuves ont confirmé le lien entre le crime organisé transfrontalier et le terrorisme. Il est, donc nécessaire d’unir nos forces pour une coopération entre les polices de chaque pays afin de lutter contre celles-ci, surtout qu’elles ont un impact sécuritaire et sur le développement », a encore précisé l’ambassadeur. Plus loin, M. Chergui a également rappelé que « la Région connaît des conflits régionaux et communautaires qui sont alimentés par les groupes terroristes ». Le diplomate a, de surcroît, relevé la problématique, de «  retour des terroristes combattant en Afrique après la chute de ce qui est appelé l’état islamique ». Sur ce point, il a appelé à « plus de vigilance et de contrôle des frontières et d’échanges d’informations en temps réel ». De son côté, le patron de la DGSN et le directeur de l’Afripol, Ounissi Khalifa ont souligné les efforts consentis par les pays membres «  en vue d’aboutir à une plateforme d’informations et d’échange entre les services sécuritaires africains (Afsecom), outre la création de bureaux de communication et le renforcement des capacités policières ». Celui-ci s’est également félicité de la signature d’une convention entre le mécanisme de l’Union africaine de coopération policière (Afripol) et l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol), qui aura un impact « positif » sur les capacités policières. De son côté, le ministre de l’Intérieur, Salah Eddine Dahmoune a fait part de « l’engagement des polices africaines à trouver des solutions purement africaines aux questions sécuritaires ». Se réjouissant des «  résultats positifs » des différentes réunions de l’Afripol, le ministre a appelé à «  relever le niveau de la coopération en vue de servir les intérêts de ces pays ». Quant à lui, le secrétaire général de l’Organisation internationale de la police criminelle (Interpol), Jurguen Stock, a reconnu que «  le Monde faisait actuellement face à « l’épineux problème des terroristes qui sont en mouvement », estimant que « le terrorisme n’a jamais été aussi global et complexe qu’il ne l’est aujourd’hui ». D’ailleurs, il a fait savoir qu’Interpol avait récemment détecté les déplacements de douze terroristes qui essayaient de rejoindre l’Europe depuis le continent africain, relevant la coopération d’Interpol avec l’Afripol, notamment pour la mise en place d’un réseau global de lutte contre la criminalité et la signature d’un accord important pour le partage d’informations.
Lamia Boufassa

Lire aussi  AFFAIRES DE CORRUPTION DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE : Le premier procès s’ouvrira lundi prochain
Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici