MISE EN GARDE CONTRE LE PORT DU DRAPEAU AMAZIGH : «Le FLN joint sa voix à celle de l’Institution militaire»

0

C’est désormais une tradition chez le FLN, depuis le 22 février : au lendemain de chaque discours prononcé par le chef d’état-major de l’ANP, le S.G. de l’ancien parti unique se presse pour applaudir avec grand enthousiasme. Jeudi dernier, Mohamed Djemaï a salué encore « un discours courageux» du général de corps d’armée, vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah, dans lequel il a mis en garde, la veille, à partir de Béchar, contre «les tentatives d’infiltration des marches» et contre «le port d’autres emblèmes que notre emblème national, pour lequel des millions de Chouhada sont tombés en martyr ».
« Nous joignons notre voix à celle de l’Institution militaire, en réaffirmant que les solutions [à la crise] hors Constitution ne sont qu’une grande aventure, dont ceux qui y appellent sont des aventuriers. La Constitution est susceptible de porter toutes les solutions à la crise. Nous nous en sortirons, car l’Algérie n’est pas un terrain d’expérimentation pour les aventuriers», a déclaré le SG du FLN, lors d’une conférence de presse au siège du parti, tenue en marge de l’installation de trois commissions partisanes.
Fustigeant de nouveau les partisans de la transition, Djemaï a répondu en appelant à « l’accélération de l’organisation de la Présidentielle, une échéance électorale durant laquelle le peuple pourra exprimer son choix en toute souveraineté ». « La solution réside dans l’application de la Constitution et de ses dispositions et non pas dans l’adoption des expériences des périodes transitoires, menées par d’autres pays», a-t-il plaidé. Une position sur laquelle n’a cessé d’insister l’état-major de l’Armée nationale populaire, dont acte le dernier discours de Gaïd Salah.
Djemaï a insisté sur l’importance du dialogue qui doit, selon son analyse, axer uniquement sur « les modalités de mise en place des mécanismes sérieux et essentiels devant faire sortir l’Algérie de sa crise et ce à travers l’organisation d’une élection présidentielle ». Mohamed Djemaï a salué les mesures et décisions de l’Armée nationale et son « alignement aux côtés du peuple algérien », ajoutant que ce parti-pris en faveur du peuple a permis la réalisation de plusieurs acquis, notamment la libération de la Justice qui lutte actuellement contre la corruption et les corrompus.

Lire aussi  Alors qu’un nouveau DG a été désigné hier : Le personnel du «Groupe Médias Temps» sans salaire depuis trois mois

«Complot étranger contre l’Algérie»
Sur un autre volet, Djemaï réoriente son viseur pour cibler «les parties qui complotent de l’étranger contre l’Algérie », qui poursuit-il, « misaient sur une position de l’ANP contre le mouvement pacifique et civilisé et contre le peuple algérien, l’alignement de l’Armée aux côtés du peuple a déjoué, toutefois, leurs manœuvres et révélé les bonnes intentions de l’ANP et de son commandement ».
«Toute atteinte à l’Institution militaire est une atteinte aux Algériens et Algériennes», a-t-il mis en garde.

Mouad Bouchareb : Un bouc émissaire
Par ailleurs, le SG du FLN n’a pas oublié son ennemi juré de l’instant, Mouad Bouchareb, envers qui il a renouvelé son appel à démissionner de son poste de président de l’APN.
L’accusant d’être « arrivé à la tête de l’APN avec la“Baltaguia” et “le cadenas” », Djemaï accuse Bouchareb de tout faire pour semer la division et la zizanie au sein de groupe parlementaire du FLN, dont le dernier épisode est la suspension du député du parti Mourad Haliss, pour motif d’« incompatibilité avec le mandat parlementaire ».
Le député en question exerçait toujours dans son ancienne profession comme notaire, ce qui est interdit par le règlement intérieur du Parlement. Djemaï a souligné que le FLN et ses députés sont avec la revendication de départ de Bouchareb.
«En pleine crise, en sa position de président de l’APN, il n’a daigné prononcer aucunmot pour soutenir la réalité. Il s’agit d’une revendication populaire que nous soutenons. Nous n’allons pas nouscontenter de tenir le bâton par le milieu», a-t-il dénoncé.
Hamid Mecheri

Source : lecourrier-dalgerie

Lire aussi  LA 14E UNIVERSITÉ DES NOTAIRES À ANNABAUne carte biométrique pour les notaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici