NACER DJABI SUR L’ARRESTATION DE MANIFESTANTS: «Il est difficile d’aller au dialogue dans ces conditions»

0

Nacer Djabi, sociologue et fin observateur de la chose politique, s’est élevé, lors de son intervention, vendredi, au Forum national du dialogue, contre l’interpellation et l’arrestation de jeunes manifestants et l’emprisonnement du moudjahid Lakhdar Bouregâa.
Le signataire de la pétition du collectif de la société civile pour la libération de l’ensemble des détenus du Mouvement, depuis le 22 février, a dénoncé, dans sa prise de parole devant les chefs de partis politiques et les participants à la conférence de Aïn Bénian, à Alger, le « harcèlement et les arrestations » des manifestants du mouvement du 22 février, estimant qu’il « est difficile d’aller au dialogue dans ces conditions ». Pour le sociologue, les contraintes, dira-t-il « ne touchent pas seulement les médias, il y a des verrous partout, parce que le système n’a pas changé », a affirmé Djabi, poursuivant « c’est pourquoi beaucoup de partis et d’associations demandent, avant d’aller aux élections, des mesures concrètes ».
Expliquant ces mesures, le sociologue a évoqué la « nécessité de revoir la loi électorale, l’installation d’une Commission nationale « qui organise et gère l’élection de bout en bout, autonomiser le processus électoral en écartant l’administration, la police politique, les chefs de daïra, les walis, le ministère de l’Intérieur », cite-t-il avant d’ajouter et « de revoir le fichier électoral ». Poursuivant, Nacer Djabi estime qu’« il y a un grand effort à faire avant de parler d’élections libres » et fait part de ses préoccupations, en déclarant : «Je crois qu’il y a un verrouillage partout et il y a des prémices d’un affrontement, c’est le démarrage d’une contre-révolution», affirmant qu’ « il y a le harcèlement du hirak par la police, le verrouillage des médias ».
Poursuivant, il dira que ce verrouillage est visible en indiquant « on le voit dans les plateaux de télévision, la presse écrite, un peu moins dans les radios, on n’entend que le discours officiel momifié comme avant le 22 février», constate-t-il. Plus loin, il dira : «J’espère que je me trompe, mais je crois qu’ils veulent casser le hirak à Alger et isoler la Kabylie», a fait remarquer le sociologue Nacer Djabi.
Hamid Mecheri

Lire aussi  Algérie : Un jeune homme vole 500 millions et meurt en s'enfuyant

Source : lecourrier-dalgerie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici