PERTURBATION DU TRAFIC FERROVIAIRE À LA GARE AGHA À ALGER : Les cheminots reprennent le service vers 13 h

0

Les cheminots ont finalement repris, hier, le service en début de l’après-midi vers 13h, et ce, après avoir déclenché un mouvement de protestation, tôt dans la matinée, au niveau de la gare Agha à Alger. La perturbation du trafic ferroviaire a provoqué l’arrêt des gares qui devaient être desservies par des trains dont le départ était prévu d’Alger, ce qui fait que de nombreux usagers se sont rabattus sur d’autres moyens de transports pour effectuer leurs voyages.
Nous nous sommes déplacés sur place pour recueillir les raisons de ce énième débrayage de dernière minute, le secrétaire général de la gare régionale d’Alger, et représentant des travailleurs en grève, Kaci Billel nous a indiqué que « ce mouvement intervient après la dénonciation des conditions de travail très lamentables, et que le simple travailleur aura à subir les conséquences de la mauvaise gestion des responsables», ajoutant «nous avons entamé ce mouvement de grève pour dénoncer les conditions de travail inhumaines et lamentables. Il s’agit de notre entreprise, nous souhaitons que tout soit réglé pour qu’on puisse offrir le meilleur service aux citoyens et autres abonnés de la SNTF. Franchement, on est marginalisé et c’est la goutte qui fait déborder le vase, c’est pour cela que nous avons provoqué ce mouvement de contestation», a-t-il signalé. Questionné sur les revendications des travailleurs, ce syndicaliste a fait savoir que «plus de 1 200 employés activant dans différentes gares souffrent en silence, alors que les responsables sont au courant de ce qui se passe. On exige de meilleures conditions de travail qui sont multiples, d’ailleurs. Une plate-forme de revendications composée de plusieurs points, a été déjà adressée à la direction générale de l’entreprise, mais en vain. La direction n’a fait aucun geste pour essayer de se rapprocher de ses employés. Je crois que ce que je viens de vous dire est largement suffisant pour nous donner raison. Si je vous raconte au détail précis, ça serait fatal ! »
Sur un autre registre, Kaci Bilel affirme : «on aurait aimé rencontrer les responsables de la direction de la SNTF, au lieu des journalistes pour en discuter sur les affaires internes de l’entreprise, mais pour le moment, aucun responsable n’a pris la peine pour nous rassurer». Et de poursuivre : «Nous savons que les usagers sont pénalisés à cause de ce mouvement, mais quand-même nous avons décidé unanimement (conducteurs, aiguilleurs, guichetiers,…) de reprendre le service vers 13 heures, nous allons reprendre du coup le travail mais cela ne veut pas dire qu’on va se laisser faire. Les différentes sections syndicales des travailleurs de la SNTF se sont mises d’accord pour lancer une grève nationale illimitée si la direction générale de l’entreprise ne donne pas satisfaction aux revendications négociées», a-t-il laissé entendre. Avant de se prononcer sur la suite à donner au mouvement, les syndicalistes insistent de rencontrer les responsables pour que leurs revendications soient prises en charge. Par ailleurs, Ahmed, voyageur accompagné de sa femme, et ses trois enfants, s’est exprimé sur cette situation tendue entre les travailleurs et les responsables de l’entreprise : «ce n’est pas la première fois qu’on vit des situations similaires. Si ce n’est pas un retard, c’est une grève, souvent il y a de quoi s’ennuyer. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi la société n’a pas informé les voyageurs de cette grève afin qu’on puisse prendre nos précautions, vu que nous sommes des abonnés de la SNTF», a-t-il dit.
Med Wali

Source : lecourrier-dalgerie

Lire aussi  Du mur de Berlin au « mur de la Honte » : Campagne contre le mur marocain séparant le Sahara occidental

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici