Scrutin du 12 décembre. Les pressions sur Mohamed Chorfi ont commencé : sa fille renvoyée de Batna à la Cour de Biskra

1
Source :

Mohamed Chorfi, l’ancien ministre de la justice et l’actuel premier responsable de l’Autorité de préparation et de surveillance des élections présidentielles du 12 décembre prochain, commence à sentir la pression que lui procure son poste de responsabilité. Avant même le début de la campagne électorale pour le scrutin présidentiel, Hanane Chorfi, la fille de Mohamed Chorfi a été contrainte de quitter la Cour de Batna pour rejoindre la Cour de Biskra en tant que présidente de chambre. 

Si certaines sources judiciaires proches du ministère de la Justice essaient de qualifier cette affectation de “promotion” et d’encouragement pour la fille de l’ancien ministre de la Justice, d’autres sources avancent une toute autre version et parlent volontiers d’une “opération” de chantage. En effet, Hanane Chorfi a été éloignée de son mari qui continue de travailler auprès de la Cour de Batna et devra ainsi faire face  à l’éloignement de son foyer familial. D’autre part, sa nouvelle nomination à la Cour de Biskra n’est guère vécue comme “une promotion” à en croire des sources proches de l’entourage de l’actuelle  Autorité nationale indépendante des élections (Anie).

Lire aussi  BENFLIS À MOSTAGHANEM : «Le développement passe par des Institutions légitimes»

“Il s’agit de contrôle le comportement de Mohamed Chorfi en lui expliquant que la carrière des membres de ta famille sont entre nos mains. Il a donc les mains liés et il ne pourra pas faire d’indépendance s’il veut réellement garantir l’indépendance de ce scrutin présidentiel”, craint ainsi une source proche de l’ANIE. La mesure et décision dont a fait l’objet Hanane Chorfi ne manquera d’avoir un impact certain sur le travail de son père à la tête de l’ANIE.

Source :

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici