SECURISATION DES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES : Le FJD de Djaballah ne soutiendra aucun candidat

0
Source :

La formation islamiste, FJD (Front pour la Justice et le Développement), qui ne présentera aucun candidat à l’élection présidentielle du 12 décembre prochain, a annoncé hier qu’il ne soutiendra aucun prétendant dans la course des prochaines présidentielles, estimant qu’aucun des candidats “ne mérite d’être honoré de notre confiance”. L’annonce du patron du FJD intervient au lendemain de la sortie du MSP qui a choisi, lui-aussi, de ne pas présenter un candidat du parti ou de soutenir une candidature hors-maison. Sans les citer, le président du FJD, Abdallah Djaballah, a accusé, dans une conférence de presse, les personnalités qui ont annoncé leur intention de se présenter en retirant les formulaires qu’ « ils ont pris leur décision en fonction de leurs propres intérêts et non pas en fonction de la raison en prenant en compte l’intérêt du peuple ». Il dira, à cette occasion, que son parti est « avec tout ce qui sert le peuple et l’intérêt général » précisant que « l’intérêt du peuple est que l’état réponde à ses revendications et non pas d’aller vers des élections présidentielles dépourvues de garanties de transparence et de régularité », a-t-il affirmé. La position du FJD, sur la présidentielle du 12 décembre prochain, est que « nous sommes non concernés par cette échéance », a-t-il affirmé. Mais plus loin dans ses réponses aux questions des journalistes, le patron du FJD dira que sa formation politique « se garde de prendre de nouvelles décisions en fonction de nouveaux rebondissements et données » a-t-il indiqué, sans se prononcer officiellement et clairement en faveur du boycott des futures présidentielles.
Il dira, par ailleurs, que «certains ont compris que le FJD cherche un candidat de consensus ou le parti va soutenir un autre » même si cela, poursuit-il, «  n’est pas mentionné dans notre communiqué » et d’affirmer que «  nous ne sommes pas contre cela en principe».
Plus explicite, Djaballah fait savoir que la position définitive de son parti sur la présidentielle du 12 décembre prochain «dépend de ce qui se passera sur la scène » et pour l’instant, souligne-t-il « aucun des candidats qui se sont présentés, ne mérite notre confiance » et de lancer «nous verrons ce qui adviendra dans le futur».
Sur l’Autorité nationale indépendante des élections, Djaballah pose des doutes sur la légitimité de cette instance et la manière dont ont été désignés ses membres et de souligner que «ses décisions sont prises à échelle centralisée, ce qui ne lui permet pas d’accomplir ses fonctions indépendamment de l’Exécutif”.
Hamid Mecheri

Lire aussi  «NOUS SOMMES PRÊTS À CONTRECARRER TOUTE TENTATIVE VISANT À PERTURBER LA PRÉSIDENTIELLE» : Les mises en gardes énergiques de Gaïd Salah
Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici