SOLDES D’éTé à ALGER : Les contrevenants risquent jusqu’à 30 millions d’amende

0

L’opération des soldes d’été a débuté, il y a à peine quelques jours au niveau des locaux spécialisés dans la vente de vêtements et de chaussures à Alger et s’étalera jusqu’au 31 août prochain, a-t-on constaté, hier, lors de notre virée au niveau de quelques boutiques spécialisés dans la vente des chaussures, à Alger centre, à El-Biar, à Ben Aknoun… etc.
À Alger Centre, notamment à «Hassiba Ben Bouali » et « Didouche Mourad », un grand nombre d’affiches de réduction allant jusqu’à 30% de différentes tailles et couleurs décorent les vitrines, particulièrement des locaux et boutiques  spécialisés dans la vente de vêtements et de chaussures, pour attirer l’attention des clients. Un des clients, rencontré dans un magasin de vêtement pour enfant à la rue « Hassiba Ben Bouali», à Alger, estime que les prix de vente des vêtements et des chaussures sont satisfaisants. Un autre, par contre considère que les prix soldés sont élevés et ne sont pas à la portée de tout le monde : « par rapport, aussi à leurs prix de vente ordinaire », a-t-il signalé, dans ce sens.
Pour Omar, un jeune client, rencontré dans un centre commercial, les soldes restent un moment important, précisant, entre autre, que malgré la crise financière et la diminution du pouvoir d’achat des ménages, ces magasins enregistrent une affluence record, notamment dans les matinées. Celui-ci n’a pas manqué de préciser, encore que : « les promotions, c’est partout et tout le temps. Cela constitue une occasion aussi de s’habiller qualitativement à moindre prix ».

Prix statiques…pour le moment
Pour sa part, Lila, la quarantaine, une cliente de son état, a indiqué que les prix des vêtements et de chaussures de marques locales ou étrangères n’ont pas changé. Elle se demande, à cet effet, sur quelle base les rabais se font ! « C’est étonnant, je n’arrive pas à comprendre ces pratiques ! » : « Oui, parfois, le rabais annoncé sur l’étiquette d’un produit ne correspond pas au prix annoncé sur le ticket ! », c’est ce que nous a expliqué, également un jeune détaillant, spécialisé dans la vente de vêtements pour hommes, rencontré au centre commercial de Bab- Ezzouar. Toutefois, ce dernier a estimé que certains commerçants, voire même des clients ne connaissent pas que ces soldes sont réglementées et que les commerçants doivent avoir une autorisation pour exercer cette pratique commerciale.
Pour Karim, un vendeur dans un magasin d’habillement à la Rue Didouche Mourad, certains commerçants prolongent délibérément la période des soldes en vue de déstocker leurs produits invendus.
Toutefois et pour mieux gérer la saison des soldes d’été 2019, le ministère du Commerce a publié, dernièrement dans son site officiel, les différentes règles encadrant l’opération des ventes en solde pour la saison 2019, précisant, dans ce contexte, que les ventes en soldes sont autorisées deux fois par an et chaque opération de vente en solde d’une durée de six semaines doit intervenir durant la saison hivernale et estivale. De même, le ministère souligne que les ventes en soldes ne peuvent porter sur des biens acquis par l’agent économique depuis trois mois au minimum, à compter de la date de début de la période des ventes en solde.
Aussi et dans une déclaration à la Radio algérienne, l’inspecteur général, au ministère du Commerce, Karim Guèche a rappelé que cette opération de solde nécessite l’octroi des autorisations aux commerçants concernés : « Ces derniers sont obligés de fixer des prix raisonnables aux clients », a-t-il souligné, faisant savoir, d’autre part qu’une amende allant jusqu’à 30 millions de centimes sera versée par les commerçants, en cas du non respect de la réglementation régissant cette pratique commerciale.
Mehdi Isikioune

Source : lecourrier-dalgerie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici