SUR PROPOSITION DE RYAD ET MOSCOU : L’Opep va prolonger la baisse de sa production de neuf mois

0

Les cours du pétrole restaient orientés en nette hausse hier en milieu de séance européenne après l’annonce par le ministre russe de l’énergie certifiant que l’Opep et ses alliés étaient d’accord pour reconduire leurs baisses de production pour neuf mois.

Bien que l’Iran est monté d’un cran hier, pour dénoncer l’unilatéralisme dans la prise de décision au sein de l’Organisation, l’Opep et ses alliés, qui se réunissent jusqu’à aujourd’hui à Vienne (Autriche), ont fait bloc derrière la proposition russo-saoudienne de prolonger de neuf mois les baisses de production en vigueur pour soutenir les cours.
C’est du moins ce qui a été confirmé par le ministre russe de l’Énergie Alexandre Novak à Vienne. Celui-ci a précisé, dans une déclaration à la presse, que les membres de l’Opep et leurs partenaires «soutiennent tous la proposition» de prolonger pour neuf mois, dans les mêmes proportions, les baisses de production en vigueur depuis décembre pour soutenir les cours du baril.
« Les quatorze pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs dix alliés (emmenés par la Russie) ont exprimé lors d’une réunion de suivi lundi matin leur soutien unanime à ce compromis déjà plébiscité en marge du sommet du G20 par Moscou et l’Arabie saoudite », a indiqué Alexandre Novak devant quelques journalistes.
Cet accord s’inscrit dans le prolongement de celui signé en décembre. Les 24 pays qui pompent la moitié du pétrole du globe (14 membres de l’Opep et 10 autres pays dont la Russie) avaient déjà décidé de fermer les robinets pour soutenir les cours. Ces derniers jours, la Russie et l’Arabie saoudite avaient plaidé pour une baisse globale de 1,2 million de barils par jour. L’idée est de faire remonter les cours entre 70 et 85 dollars, contre près de 60 dollars actuellement.
Récemment, le ministre de l’énergie, Mohamed Arkab, a estimé qu’un prix du baril oscillant entre 70 et 80 dollars permettrait à la compagnie nationale des hydrocarbures de poursuivre ses programmes de développement.
Cette annonce n’a pas été sans conséquence sur les prix du pétrole. En effet, les cours de l’or noir étaient orientés en nette hausse hier, en milieu de séance européenne. Vers 13h00 GMT (15h00 HEC), le baril de référence américaine pour livraison en août, cotait 60,12 dollars, en hausse de 2,82% par rapport à la clôture de vendredi. Il est monté vers 07h35 GMT jusqu’à 60,28 dollars, son plus haut niveau depuis la fin mai.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, prenait 2,83% à 66,51 dollars à Londres.
La trêve commerciale entre les Etats-Unis et la Chine fait également monter les prix du pétrole, ont analysé les experts. Donald Trump et Xi Jinping ont évité le pire en décrétant samedi une trêve dans leur guerre commerciale lors du sommet du G20 d’Osaka. Les tensions entre les deux pays font monter les craintes d’un ralentissement de la croissance mondiale, synonyme d’un affaiblissement de la demande d’or noir.
Lamia Boufassa

Lire aussi  La marche des pro-élections avortée par les «hirakistes»

ESTIMANT QUE L’OPEP SE « MEURT »
Téhéran dénonce des décisions «unilatérales»
A son arrivée à Vienne hier pour la réunion de l’Opep et ses alliés, le ministre iranien du Pétrole Bijan Namdar Zanganeh a dénoncé le caractère selon lui unilatéral de l’entente entre Moscou et Ryad annoncée en amont des réunions de Vienne. L’Iran s’est également dit opposé à ce stade à tout accord de coopération à long terme visant à pérenniser le partenariat entre l’Opep et ses alliés, regroupés sous l’appellation Opep+. Pour autant, Téhéran a affirmé qu’elle ne s’opposera pas à la prolongation des limitations de production en vigueur.
Estimant, ainsi que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) «meurt», le ministre iranien a déploré que «  la prise de décision au sein du cartel soit entre les mains de Moscou et de Riyad ».
« Téhéran est prêt à soutenir l’entente sur une prolongation des limitations de production de pétrole en vigueur, mais s’oppose au caractère unilatéral de l’entente entre la Russie et l’Arabie saoudite », a déclaré, Bijan Namdar Zangeneh.
Zangeneh a signalé que l’Iran n’était pas disposé à quitter l’OPEP. «L’Iran ne sort pas de l’OPEP, mais je suis convaincu qu’elle est en train de mourir. À cause de ce processus de renforcement du pouvoir de la Russie et de l’Arabie saoudite au sein du cartel », a ajouté le ministre.
L. B.

Source : lecourrier-dalgerie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici