UNE MESURE A éTé INTRODUITE DANS LE PLF 2020 : Retour à l’importation des véhicules de moins de 3 ans

0

La question du retour à l’importation des véhicules d’occasion aura été le feuilleton économique de ces dernières semaines. Après avoir tergiversé sur le dossier, le gouvernement décide d’autoriser les particuliers à importer des voitures de moins de trois ans. Pour ce faire, une mesure y afférente a été introduite dans le PLF-2020, texte qui, une fois adopté, devra entrer en vigueur à partir du 1er janvier de l’année prochaine.

Ainsi, l’avant-projet de loi de Finances 2020, présenté mercredi en conseil du Gouvernement, autorise les citoyens à importer des véhicules touristiques d’occasion de moins de trois ans, à leurs propres frais et paiement des droits et taxes y afférents.
Intervenant lors de la réunion du conseil du Gouvernement, le Premier ministre a appelé à la concrétisation de la décision d’autoriser les citoyens à importer des véhicules d’occasion de moins de 3 ans, à leurs propres frais, et dans le respect des normes et standards internationaux, notamment la protection de l’environnement. Cette mesure intervient en réponse aux revendications récurrentes des parlementaires, des représentants de la société et des consommateurs.
De son côté, le ministre du Commerce, Saïd Djellab, avait, rappelle-t-on, précisé que ce retour, projeté par le Gouvernement, de l’importation des véhicules d’occasion, permettrait de faire pression sur le marché des véhicules assemblés localement. Il avait affirmé à ce propos que l’importation des véhicules d’occasion constituera un facteur exogène favorisant la baisse des prix, et donnera au citoyen la chance d’acquérir un véhicule, en fonction de ses moyens, soulignant l’importance d’examiner tous les aspects relatifs à ce dossier afin de ne pas altérer le pouvoir d’achat des citoyens et créer un marché automobile équilibré en Algérie.
L’approche en cours d’élaboration par les ministères des Finances et du Commerce inclut le passage par la voie bancaire pour le paiement des véhicules importés ainsi que les tarifs douaniers à fixer pour ce genre de transaction. Cette nouvelle mesure s’inscrit dans le cadre d’une vision globale sur l’industrie automobile, en cours de préparation, qui prendra en charge notamment la problématique de l’assemblage CKD/SKD.
Pour rappel, durant les cinq premiers mois de l’année 2019, l’Algérie a importé pour plus de 1,5 milliard USD de collections CKD destinées à cette filière contre 1,4 milliard USD durant la même période de l’année 2018. À noter que l’importation des véhicules d’occasion de moins de 3 ans est interdite actuellement en vertu de la loi de Finances complémentaire 2005.
En 2016, l’importation des véhicules neufs a été soumise au système des quotas, avant d’être suspendue à partir de l’année 2018.
Ania NCH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici