Ce que l’ancien conseiller de Houari Boumediene a écrit sur le général Toufik

12

Par R. Mahmoudi – La chute spectaculaire et, semble-t-il, irrémédiable du mythique ancien chef des services de renseignements, le général Mohamed Mediene, dit Toufik, délie les langues et incite différents acteurs politiques à témoigner, pour une fois sans s’autocensurer, sur des épisodes auxquels ils étaient eux-mêmes mêlés.

Parmi ces personnages appelés un jour à occuper des postes de responsabilité dans une conjoncture particulièrement trouble et qui ont eu à se heurter à la «toute puissance» de l’ex-DRS, on trouve Mahieddine Amimour, ancien conseiller de Houari Boumediene, devenu plus tard ministre de la Culture et de la Communication dès le premier mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

Réagissant à l’arrestation retransmise à la télévision du général Toufik, avec Bachir Tartag et Saïd Bouteflika, Amimour n’a pu cacher sa jubilation, en estimant que cette séquence marque «la réappropriation de l’institution militaire par le peuple, après avoir longtemps été entre les mains d’un cercle sécuritaire qui aura conduit le pays à sa destruction», écrit-il dans une contribution publiée par le quotidien arabe Raï Al-Yawm.  

Parlant en sa qualité d’ancien responsable, Amimour atteste que «les services» avaient le premier et le dernier mot dans la nomination des cadres de l’Etat et des responsables à tous les niveaux – y compris donc lui-même ! – et qu’ils détenaient le pouvoir de décision dans tous les domaines d’activités.

«Le général Toufik, lit-on dans cet écrit destiné essentiellement aux lecteurs du monde arabe, (…) est celui que ses partisans et ses adversaires appellent  »rab El-Djazaïr » (seigneur de l’Algérie), qui a joué un rôle déterminant dans les événements sanglants des années 1990 et dont l’image est sciemment mythifiée par les médias, à tel point qu’aucune photo de lui n’a été publiée durant près d’un quart de siècle».

L’auteur de la contribution poursuit son témoignage : «J’ai connu Toufik de loin durant les années soixante-dix. Je le voyais avec sa tenue de capitaine dans le cercle de protection qui entourait le défunt président Houari Boumediene. Il me semblait jeune, élégant, sympathique, calme et incapable de nuire à une mouche.»

Au début des années 1990, Amimour sera confronté pour la première fois, indirectement, à cet homme et à ses services. Suite à un article paru dans un organe du FLN où il cita nommément le nom du généralissime, le directeur de ce journal, Nadir Boulekroune, fut, selon l’auteur, convoqué et emprisonné pendant deux jours.

Selon Amimour toujours, le général Toufik avait ses hommes dans toutes les institutions, de la présidence de la République à la plus petite commune du pays, en passant par les ministères et les ambassades. C’est encore lui qui, d’après l’ex-ministre, en 1999, imposera la candidature d’Abdelaziz Bouteflika «à laquelle s’opposèrent avec vigueur le général Nezzar et le général Benyellès».

Sur sa lancée, Amimour, se référant à une confidence d’Abdelkader Hadjar, témoigne que le Président consultait Toufik en tout, «ce qui le rend de fait complice dans toutes les dérives qu’a connues le pays par la suite».

R. M.

Source : algeriepatriotique

12 COMMENTS

  1. Mensonges, Tewfik n’a jamais été dans la Sp ( securité présidentielle ) de Boumedienne. il était à l’époque à la 2eme région militaire de Chadli.
    Amimour ne changera pas , toujours dans l’exagération et le mensonge

  2. Se sont les scénarios concoctés par Gaïd Salh, qui est en train de faire l’impossible pour louper le peuple. Ce n’est qu’un diable. Attention Algériennes et Algériens!!!!!!!! vous risquez le scénario à l’Egyptienne. Faites attention. Qu’ils partent tous y compris le Caïd. Courage… Courage… Courage.

  3. les espèces de témoignages incongrus de ce Play boy du système sont fabulation et fourberies , exactement comme ses péteuses sensibleries mensongères , le lire est même une fastidieuse perte de temps, il ne mérite que l’indifférence totale et le mépris .

  4. par ailleurs l’action de la neutralisation des têtes pensantes du système usurpateur pour des raisons évidentes de nuisance grave à la Nation, ne peut que s’accompagner de ce genre de complices, la mise en route de l’urgence exprimée par le peuple souverain de mettre le système ko et out ne peut s’effectuer sans ces actions nécessaires et primordiales, est-ce une erreur que d’accorder à la Direction de l’ANP le bénéfice du doute et de l’encourager à aller dans le sens de la demande expresse du HIRAK, mouvement citoyen gigantesque et très majoritairement démocrate ?

  5. Ces déclarations ne nous apprennent rien de nouveau si ce n’est que nombreux sont ceux qui étaient témoins de ce système inique avec ses abus de pouvoir et qui se sont tu, en continuant à profiter des bribes de pouvoir qui leur étaient concédées cooptation en dehors de toute légitimité. Heureusement, il y a eu les maquis de 63, avril 80, le printemps noir, le mouvement citoyen de 2019. L’esprit de liberté n’est pas complètement mort.

  6. Les remarques de Mr KELAN sont justes… Pourquoi il sort cette affirmation sans réellement de preuve. Par contre à cette période, les gens de Temouchent et Tlemcen, le connaissait par leurs sorties de copains . Il est loin d’être cette foudre et pour moi, il ne l’est pas. Il y a 5-6 ans, une personne c’est présentée comme étant son fils… il s’est fait entretenir comme un prince et même des hommes du D.R.S. le protéger, il a fallu plus d’un mois pour que se rende compte que c’est un INTRUS…… Les grands hommes, tout le monde maintenant s’en méfie et les déclarations ne sont plus crédibles… On a du Taleb, du Bouchachi, du Benflis… et la liste est très large. Le dernier en date, un pitre à cinq sous…Bengrina (le fils de la folie…)

  7. Quelle honte pour le peuple algerien et son grand CAID ! Pour regler sa crise devoir s inspirer d’un pays comme l ‘Égypte et ses 90 millions d habitants et qui s est couché par 4 fois devant 3 millions d’israéliens, alors que le peuple Algérien a battu la france (membre de l OTAN à l’époque) à lui tout seul. Behdeltna ya LGAID ! !! Surtout quand tu vas consulter les monarchies de goldf qui doivent leur existence à un espion pederaste anglais.

  8. Ce Monsieur “oublie” beaucoup de choses ou c’est un menteur ! A t-il oublié l’affaire de la clinique pour VIP Algérien des années 1977/79 ? La Caisse de Sécurité Sociale en connaît un très bon bout!!! A t il oublié qu’il avait bénéficié de bcp de choses de Mr le général Tewfik, du temps de Mr le President Boumediene que de celui du Président Cha dli et de celui des Boutef ? Je suis très sceptique sur les dires de ce Monsieur !!!

  9. C’est faux l’ex général M Médine n’a jamais été “patron” de la écurité de l’ex Président Boumediene . c’était l’ex- colone lA. Kerkeb qui avait dirigé ce Service de 1970 a 1980 ! C’est un 1* gros mensonge. Il est vrai que l’ex gal Mediene avait mis en place des “services” , entre 1976 et 2010, pour “superviser”, principalement toutes les nominations de ….. Cadres ! Y compris celui d’Amimour jusqu’à la mort de Boumediene l’ex Dr.Amimour fut nommé par l’ex Président Chadli, Ministre des Aff. Sociales et transforma l’ex- clinique de Benaknoun ( où étaient soignés plus de 200 malades) en Ministère: Que les services de la CASORAL parlent et disent la vérité !!!

  10. Tous ces personnages méritent et doivent devenir apatrides et déchus de la nationalité Algérienne jusqu’à la 13 ième génération sachant qu’une génération c’est tous les 10 ans sans oublier tous les membres de la famille présidentielle qui ont ruiné le peuple Algérien.

  11. Tout ce qu’a dit amimour est vrai.la majorité des commentateurs qui le détestent et nient ce qu’a dit sont des berberistes kabaylouss barbarouss qui sont contre tout ce qui a de relation avec l’islam et l’arabe

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here