CHARGE DE BENFLIS CONTRE LES FORCES EXTRA-CONSTITUTIONNELLES”Ils ont fait main basse sur le pays”

0
Un réquisitoire très virulent de Benflis

«Ces forces ont obtenu 80% des marchés publics, cinq ou six personnes avec leurs différentes entreprises ont pris la grande majorité des marchés.»

Forces extra-constitutionnelles, barons de la spéculation, lobby des conteneurs, les appellations pour qualifier les responsables du déclin de l’économie nationale, ont fait couler beaucoup d’encre ces dernières années.
Et ce n’est certainement pas le fruit de l’entraînement populiste, que les slogans du Hirak, depuis le 22 février, se focalisent sur la poursuite des pilleurs et des corrompus. Et pour cause, le fossé qui sépare les bourses moyennes et la nouvelle jet-set algérienne, que rien ne semblait arrêter, s’est outrageusement creusé. Dans ce sens, le président de Talaie El Hourriyet, Ali Benflis, n’ a pas mâché ses mots, il dénonce dans une publication sur son compte facebook, l’ampleur des dégâts causés par ces parties de l’ombre: «Ces forces extra-constitutionnelles ont accaparé l’économie nationale et la décision présidentielle, ont causé des grands dégâts à l’économie nationale. Ces forces ont obtenu 80% des marchés publics, cinq ou six personnes avec leurs différentes entreprises ont pris la grande majorité des marchés. En outre, ces forces ont décroché des crédits bancaires faramineux sans donner des garanties.»
Par ailleurs, Benflis incombe également le déficit commercial du pays, à ces forces extra-constitutionnelles qui, selon lui «ont monopolisé le commerce extérieur pour procéder à des surfacturations, ce qui a engendré l’augmentation de la facture des importations de 30%».
Soulignant avec insistance la force de frappe et le pouvoir que pouvait exercer ce groupe sur les institutions de l’Etat, Benflis parle de suprématie «l’hégémonie de ce groupe, qui s’est étendue jusqu’à dans les services des douanes, et aussi à la justice qui est détournée sous pression en la faveur de ce groupe, même le parlement n’a pas échappé à la règle, puisque des Parlementaires sont désignés pour voter des lois dans ses intérêts». Autant sur le plan économique que politique, Benflis incombe la responsabilité de la conjoncture actuelle du pays, aux manoeuvres et desseins machiavéliques ourdis par ce groupe pour prendre en otage le pays «ces forces, ont voulu faire main basse sur le pays et se sont introduits dans la politique en procédant à la désignation des responsables dans le Parlement et le gouvernement.
Par conséquence, ces forces ont voulu imposer un cinquième mandat et voire même prolonger le quatrième, mais cela a été arrêté grâce à la volonté du peuple»conclut-il.
Dans cet élan, de dénonciation, le président de Talaie El Hourriyet, s’appuie sur les revendications du mouvement populaire, qui, depuis le début, crie à l’injustice sociale et une absence de parcimonie dans la distribution des richesses.
Mais il n’en demeure pas moins, que malgré une dégradation avérée du pouvoir d’achat tiré vers le bas, justement sous l’effet de la corruption, de la bureaucratie, de la spéculation et des pratiques mafieuses, les plus importants indicateurs macroéconomique ne sont pas au rouge.
Tous les experts s’accordent à dire, que l’Algérie recèle encore de grandes capacités économiques pour rebondir.

Source : lexpressiondz.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here