Chronique. Gilets Jaunes Nous Aussi…

Les manifestations des « Gilets jaunes » en France depuis quelques semaines ont pris tout le monde de court par leur ampleur. Mais on s’accorde à reconnaître que ces événements illustrent bien l’une des vertus cardinales de la démocratie ; à savoir la liberté d’expression avec cependant des limites à ne pas transgresser tel le recours à la violence par exemple.

Des citoyens algériens pourtant peu coutumiers des manifestations publiques et des protestations bruyantes auraient décidé de s’inspirer de l’exemple français pour expliquer qu’il n’y a pas de raison d’être en reste et qu’ils pourraient eux aussi rendre publiques leurs revendications sans pour autant recourir à la violence ni à des comportements d’une société mal éduquée et dont les citoyens veulent tout et ne donnent rien, comme en France par exemple.

D’après certaines indiscrétions, une association intitulée « G J N A » pour « Gilets Jaunes Nous Aussi » ( on parle aussi d’autres appellations : «  PPN »( Pourquoi Pas Nous ?) ou « ENA » ( Et Nous Alors ?),regroupant tous les gardiens de parkings sauvages, aurait fait parvenir aux Autorités concernées un ensemble de revendications lesquelles, faute d’avoir été satisfaites sous deux semaines, donneraient lieu à des actions incontrôlables à travers le pays. Parmi ces demandes clairement formulées on peut relever :

1 ° : La reconnaissance officielle de l’Association des jeunes gardiens de parkings informels généralisés de jour comme de nuit à toutes les rues des chefs-lieux de wilaya et particulièrement celui de la capitale. Cette association regrouperait tous les gardiens portant un gilet jaune.  Inoffensifs jusqu’alors et particulièrement dévoués, ils pourraient ne plus l’être s’il n’était pas mis fin rapidement à la rumeur qui rabaisserait leur dévouement frisant souvent le sacerdoce, au niveau du racket et des procédés malfaisants.

2° : L’attribution officielle du statut d’« Association d’utilité publique » au GJNA afin de lui permettre de bénéficier des subventions locales et nationales.

3° : L’octroi d’une licence d’importation de gilets jaunes afin de bénéficier, au même titre que toutes les structures publiques parapubliques ou privées, des revenus de la rente pétrolière.

4° : Le vote par le parlement d’une loi punissant les auteurs d’agressions verbales à leur encontre ainsi qui les propriétaires récalcitrants qui rechignent à payer leur stationnement ou qui mettraient en doute l’honorabilité de leur métier.

5° : L’autorisation de perception de droits de stationnement les vendredis devant les mosquées, les cimetières lors des enterrements, les stades lors des derbies et des matchs importants.

Ces revendications dont n’avons retenu que les plus emblématiques sont accompagnées de mises en garde clairement exprimées tel que grèves sur le tas, journées stationnement gratuit, rassemblements sur les grandes places les jours de marché, blocages des accès aux mosquée les vendredis, « crevage » de pneus des taxis et des bus, etc…

 

Reste à vérifier l’authenticité de ces informations et à s’assurer qu’il ne s’agit pas de fake- news.

 

Par Aziz Benyahia

 

Source : Algerie-part

Algerie-part