Confidentiel. Comment Bedoui a été soigneusement « couvert » dans le scandale Kamel le Boucher

2

Nourredine Bedoui, l’actuel Premier-ministre qui promet aujourd’hui aux Algériens d’accompagner leur mouvement populaire et de répondre à leurs revendications politiques est un homme qui n’est pas net. Pas du tout net. Preuve en est, il est cité expressément dans le scandale de « Kamel le Boucher ». 

Mais son nom a été retiré par la suite par la main magique de Tayeb Louh, a-t-on appris suite à nos investigations. C’est Jallal Lemhel, fils de l’ancien wali de Relizane dans les années 80 et 90, qui a cité le nom de Nourredine Beodui, l’actuel Premier-ministre, lorsqu’il était passé aux aveux devant le juge d’instruction de la 9e chambre du pôle judiciaire du tribunal Abane Ramdane qui prend en charge jusqu’à aujourd’hui encore les investigations sur le scandale de la cocaïne du Port d’Oran dont Kamel Chikhi, alias le Boucher, est le principal suspect.

D’après le témoignage de Jallal Lemhel, Nourredine Bedoui et Abdelkader Bouazghi, ministre de l’agriculture, était en relation très étroite avec Kamel le Boucher. Ce dernier avait reçu un soutien substantiel de la part de ces deux ministres pour fructifier ses affaires et développer son empire financier. Le témoignage de Jallal Lemhel est accablant. Mais ce dernier finit par se retrouver derrière les barreaux de la prison d’El-Harrach comme un certain Khaled Tebboune, le fils d’ex-Premier ministre Abdelmadjid Tebboune.

Jallal Lemhel est connu pour jouer le rôle d’intermédiaire entre des oligarques et des hauts responsables politiques dans le but de leur obtenir des avantages conséquents (terrains, assiettes immobilières, permis de construire, autorisation administrative, etc.) pour leurs investissements moyennant en contrepartie le paiement de pots-de-vin. Jallal Lemhel a profité longtemps du réseau et connaissance de son père, ex-Wali emblématique des années 80 et 90.

Mais quelques semaines plus tard, Jallal Lemhel se rétractera devant le même juge d’instruction et annule son témoignage contre Bedoui et Bouazghi ! Mais que s’est-il passé ? Le père de Jallal Lemhel s’est rendu à la prison d’El-Harrach pour raisonner son fils et le convaincre de revoir son témoignage pour disculper Bedoui et Bouazghi. En échange, la famille Lemhel aurait reçu, quelques jours plus tard, un cadeau de… 3 milliards de centimes ! Et c’est ainsi que le nom de Nourredine Bedoui a été retiré de l’un des scandales les plus retentissants de l’histoire de l’Algérie. Algérie Part poursuit ses investigations et reviendra sur ce sujet avec de nouvelles révélations.

algeriepart

2 COMMENTS

  1. Une ère de ” grand remplacement ” devient dès plus urgente, en terme de gouvernance politique.
    C’est une question de salubrité publique.
    Les deux ” pires ” décennies de notre histoire s’écroulent comme un château de cartes. Lorsque détrousser son propre pays, – on a qu’un seul de pays -. Devient un exercice de sport de gestion politique des gouvernants… In fine cela revient à ce détrousser soi même… Vide de sens. Vous n’êtes rien. Une chute sans fin…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here