Confidentiel. Le jour où Tayeb Louh et son frère ont brisé la carrière d’un juge qui a refusé la corruption

1

Lorsque le ministère de la Justice fut dirigé par Tayeb Louh, il n’était pas bon de lutter contre la corruption. Le magistrat Negadi Abdelkader, ex-juge d’instruction à la 9e chambre du tribunal d’Oran, peut témoigner des maltraitances que risquaient les juges algériens quand ils voulaient à s’attaquer aux affaires de corruption. 

En 2018, ce juge a été muté et transféré vers le tribunal de Kerzaz dans la wilaya de Béchar parce qu’il avait poursuivre un puissant et richissime promoteur immobilier proche de Seif El Islam Louh, le frère de Tayeb Louh et Wali de Saïda. Le magistrat Negadi Abdelkader a refusé de « ployer le genou » dans une affaire de chèques sans provision impliquant le promoteur fortuné Baba Boualem.

Parce que la magistrat honnête et intègre a refusé d’abandonner les charges contre ce promoteur suspect, Tayeb Louh et son frère Wali de Saïda ont décidé de le relever de ses fonctions pour « l’expulser » vers le sud du pays où sa carrière sera brisée tout en le séparant de sa famille et ses proches. Une sanction politique indigne qui rappelle les mœurs mafieuses les plus obscures. Malheureusement, personne n’a pu stopper cette sinistre vengeance de Tayeb Louh ainsi que son frère maintenu dans ses fonctions de Wali de Saïda en dépit de toutes les manigances dont il s’est rendu « coupable ». C’est dire enfin que la justice algérienne est un énorme chantier à reconstruire à la suite des ravages destructeurs de Tayeb Louh.

ALGERIEPART

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here