Confidentiel. Les véritables raisons du limogeage du général-major Noureddine Gouasmia

Algerie Part Plus – Nouveau coup de théâtre au sein du sérail algérien.  Noureddine Gouasmia qui dirigeait   le commandement de la Gendarmerie Nationale depuis août 2020 a été limogé et remplacé depuis dimanche dernier par le général Yahia Ali Oulhadj qui occupait jusque-là les fonctions de Chef d’Etat-Major des forces de la gendarmerie nationale. Il avait été installé dans ses fonctions depuis le 6 août 2020. 

A la surprise générale, dimanche dernier, la Présidence de la République valide la proposition formulée par le Chef d’Etat-Major de l’ANP qui avait réclamé le départ de Nourredine Gouasmia pour le remplacer par Yahia Ali Oulhadj. Nourredine Gouasmia a été, pourtant, promu général-major lors de la traditionnelle cérémonie de promotion des officiers supérieurs de l’Armée Algérienne organisée le 4 juillet dernier, à la veille de la célébration de la fête nationale de l’Indépendance.

Cette promotion n’a pas porté bonheur à Nourredine Gouasmia qui a été ainsi évincé sur insiste de Said Chengriha. Selon nos investigations, depuis presque 3 mois, de vives tensions opposaient le général-major Nourredine Gouasmia à son chef d’Etat-Major, le général Yahia Ali Oulhadj. Ce dernier se plaignait régulièrement des blocages et des obstacles qui lui dressaient son son chemin son supérieur hiérarchique Nourredine Gouasmia. Les malentendus entre les deux hommes concernaient plusieurs enquêtes sur des gros dossiers de corruption et de dilapidation de deniers publics comme l’affaire du groupe public MADAR sur laquelle Algérie Part avait publié récemment des révélations détaillées sur ses tenants et aboutissants.

Lire cet article  Bisbilles au sein du FFS à l'approche des élections locales

Le général Ali Yahia Oulhadj dénonçait aussi dans les coulisses du sérail algérien les blocages auxquels il était soumis par Nourredine Gouasmia dans les enquêtes diligentées sur plusieurs affaires de corruption et de trafic d’influence touchant le Groupe IMETAL, un groupe étatique stratégique opérant dans les Industries Métallurgiques et Sidérurgiques.

Les protestations du général Ali Yahia Oulhadj ont fini par parvenir aux oreilles de Said Chengriha qui a décidé ainsi d’intervenir auprès d’Abdelmadjid Tebboune afin d’obtenir le départ de Nourredine Gouasmia du commandement de la Gendarmerie Nationale. Mais d’autres sources bien introduites au sein du sérail algérien ont assuré à Algérie Part que ce changement est une nouvelle manœuvre dans les rapports de force entre les différentes composantes de l’institution militaire. En effet, Nourredine Gouasmia était considéré comme l’un des officiers les plus proches du Commandant de la Garde Républicaine, le Général d’Armée Benali Benali, l’autre poids lourd de l’Armée Algérienne qui contrecarre l’influence sans cesse croissante du clan Said Chengriha. Une énorme méfiance règne depuis le décés d’Ahmed Gaid Salah le 23 décembre 2019 entre Benali Benali et Said Chengriha. Les deux hommes tentent de conserver leur pouvoir et d’agrandir leur influence sur les postes clés de l’institution militaire algérienne. Aujourd’hui, Chengriha a pu remporter une bataille au niveau de la Gendarmerie Nationale. Mais Benali Benali a-t-il dit son dernier mot ? Pas si sûr…

Lire cet article  Les entrepreneurs algériens sont ils en panne de vitesse ?

 

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS