Confidentiel. Tribunal militaire de Blida : Khaled Nezzar a enfoncé Saïd Bouteflika

6

Mercredi, lors de son témoignage présenté aux juges du tribunal militaire de Blida, le général Khaled Nezzar, l’ex-ministre de la Défense nationale entre 1990 et 1993, a accablé Saïd Bouteflika. Le témoignage du général à la retraite risque d’enfoncer l’ex-conseiller et frère du Président Abdelaziz Bouteflia. 

D’après nos sources, Khaled Nezzar a donné de nombreux détails compromettants à l’encontre de Saïd Bouteflika. Des informations qui tendent à confirmer que Saïd Bouteflika voulait à tout prix limoger et se débarrasser du chef d’Etat-Major Ahmed Gaïd Salah pour l’empêcher de se rallier aux revendications du mouvement populaire algérien qui réclamait le départ d’Abdelaziz Bouteflika.

Pis encore, Khaled Nezzar a confirmé aux juges du tribunal militaire de Blida qu’un complot se préparait pour « isoler et neutraliser » le haut commandement militaire afin de faire barrage à l’article 102 et la destitution d’Abdelaziz Bouteflika. Nos sources soulignent enfin que l’ex-ministre de la Défense Nationale a expliqué aux juges que le général Toufik et Bachir Tartag ont été entraînés par la faute de Saïd Bouteflika dans ce « complot » visant la décapitation de l’Etat-Major de l’ANP. Khaled Nezzar a longuement parlé du rôle de certaines personnalités très proches de Saïd Bouteflika. C’est ce qui explique certainement la convocation adressée à Tayeb Belaïz et plusieurs autres conseillers ou responsables du Palais Présidentiel d’El-Mouradia.

ALGERIEPART

6 COMMENTS

  1. la force de la conviction patriotique transcende les peurs, les angoisses, l’amour de la patrie fait rejoindre la Vérité qui est seule à défendre pour prouver son patriotisme et pour que vive l’Algérie libre et démocratique, j’approche de la certitude sur les convictions saines du Général Nezzar

  2. “convictions saines” et patriotisme vous continuez à prendre les gens pour des imbéciles .Voilà encore un autre chiette comme le journaleux pseudo ait amara du journal kheriatique ,larbin de ce criminel qui a été sauvé en 2001 par Bouteflika en le faisant évacuer par l’aéroport du Bouget pour fuir la vrai justice française à cause de ses assassinats .Sans oublier notre justice merdique qui ferme les yeux sur l’enrichissement personnel de ce individu avec ses voyou d’enfants.coup et blessure.Je lance un appel au peuple Algérien cette justice de l’ère Gaid Salah va nous entrainer dans une spirale de la division du pays, ce ne sont que des traitres qui cherchent à sauver leur peau.Ils étaient tous complices et les voilà maintenant qui règlent leur compte entre eux ces chiens.Nezzar et ses enfants doivent passer par la justice et condamné à la prison à vie.
    Le célèbre et controversé général Khaled Nezzar, l’ancien ministre de la Défense Nationale pendant les années 90, a reconnu ce lundi à Alger qu’il fait des affaires et s’est reconverti dans le business. L’homme qui a été l’un des cinq membres de ce Haut Comité d’État (HCE) entre 1992 et 1994 a expliqué qu’il vient d’acquérir des palmiers dans la région de Biskra.
    “Et je n’ai rien à me reprocher”, a ajouté le général à la retraite lors d’une conférence de presse animée à l’hôtel El-Aurassi pour la présentation de la réédition de ses mémoires. Le général Khaled Nezzar est donc un homme d’affaires qui s’assume sans aucune gêne. Ceci dit, l’ancien patron de l’armée algérienne et ancien ministre de la défense nationale entre 1990 et 1993 n’a fourni aucune explication à propos des origines des fonds avec lesquels il finance ses divers projets. Le général Khaled Nezzar banalise ainsi les relations sulfureuses qui lient la politique au monde l’argent dans notre pays.

    Sans aucun complexe, Khaled Nezzar explique aux algériens qu’il s’est enrichi et développe des affaires alors qu’officiellement il ne fut qu’un ancien commis de l’Etat en sa qualité de haut gradé de l’armée algérienne. Une fonction qui offrait une rémunération dérisoire ne permettant nullement de bâtir un empire économique. En juillet 2002, l’ancien chef d’état-major, le général Mohamed Lamari, décédé en février 2012, avait démontré la faiblesse des salaires des généraux algériens en révélant publiquement “son attestation de revenu mensuel et son bulletin de solde”. “Vous constaterez que le chef d’état-major perçoit 98.000 DA par mois”, avait lancé à l’époque le chef de l’Etat-Major de l’Armée algérienne. Un salaire qui ne peut nullement enrichir un général à la retraite pour lui permettre, par la suite, de se lancer dans des business florissants.

    Pour rappel, Algérie Part avait révélé auparavant les multiples affaires du général Khaled Nezzar et de sa famille notamment son fils Lotfi. Khaled Nezzar est lui-même actionnaire et président du Conseil d’administration de la SPA Smart Link Holding. Basée à Hydra, cette société réalise des investissements dans tous secteurs confondus. Elle est également un cabinet d’études et d’assistance en investissement. Mais d’où provient tout cet argent ? Le général à la retraite n’est guère bavard sur cette très délicate question.

  3. Les évènements s’emballent: Guerre de clans ou sortie de crise «négociée» ?
    par Ghania Oukazi

      La comparution, hier, de Khaled Nezzar devant le tribunal militaire de Blida marque une autre importante séquence du scénario qui pourrait être mis au point par le Haut Commandement de l’Armée pour une sortie de crise «négociée».

    Hier, c’était au tour du général à la retraite Khaled Nezzar de comparaître «comme témoin» devant le juge d’instruction du Tribunal militaire de Blida. Nezzar devait répondre de ce qu’il avait avancé il y a quelques jours sur sa rencontre avec Saïd Bouteflika. Le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah a dû alors être éclairé davantage sur les intentions «avortées» de Saïd Bouteflika de le mettre au placard et de décider avec Toufik d’«un changement dans la continuité». Impliqué totalement dans l’émergence d’un puissant pouvoir militaire manipulant des personnels politiques dociles et disciplinés, le général à la retraite Khaled Nezzar a longtemps été le centre agissant d’un cabinet «noir» qui décidait de «l’avenir de l’Algérie» dans les périodes les plus sombres et les plus complexes de son histoire. En ayant présidé au début des années 90, le HCE (Haut comité d’Etat) pour «céder» la place à Liamine Zeroual, un militaire reconverti en civil, Nezzar a traîné, pendant longtemps, les lourdes accusations qui pesaient sur le clan des «Janviéristes», les hauts gradés de l’armée qui ont décidé de l’arrêt du processus électoral de 1991. Il a fait, dans ce sens, l’objet de plaintes même à l’étranger, ce qui l’avait obligé à quitter la France à partir de l’aéroport militaire du Bourget, sur intervention de Bouteflika auprès des autorités françaises.

    Un retour «sain et sauf» au pays qu’il lui devait et qui l’a sauvé d’un procès devant des instances internationales. Nezzar n’a jamais été en odeur de sainteté avec les Bouteflika. Il l’a toujours montré. L’on dit que « son témoignage», hier, devant le juge d’instruction militaire a enfoncé Saïd Bouteflika. Mais il n’est pas dit qu’il a fait de même à l’égard de l’ex-patron du DRS.

    Les clans diffèrent par les objectifs et par les cibles qu’ils se fixent d’atteindre. «Nous ne voulons pas entrer dans la guerre des clans, c’est ce que nous avons dit au sein même de la présidence (…), nous savions que les guerres de clans vont détruire le pays», disait le président du MSP, Abderrezak Makri au forum d’El Moudjahid, du lundi dernier.

  4. Oui tout à fait d’accord avec vous.mais qui a sauvé l’Algérie durant les années 90…si non nous nous trouvons Aujourd’hui habilités avec des gandoura et soumis à des interdictions.
    A vous de peser le pour et le contre.

  5. Ce qui a sauvé l algerie durant les années 90 c est les enquêteurs de FBA américaine “qui tue qui? en algerie , khaled nezzar etait en tête de ces massacres et les négociations de boutefli c etait avec nezzar puisl arrivée de boutef à la présidence et la suite est connue nezzar a réussi de sauver sa peau

  6. Selon les déclarations de M. Nezzar, qui a fait remarquer qu’il laisse à l’instruction de faire son travail, il n’y a rien qui nous permet de déduire que “Khaled Nezzar a enfoncé Saïd Bouteflika”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here