Conflit sahraoui : la France convoque un débat à l’Assemblée nationale

Algérie –Du jamais vu ! Ce jeudi, l’Assemblée nationale française a convoqué un débat sur les derniers évolutions au Sahara occidental.

“Bilan des actions de la France pour faire respecter le droit international: le cas du Sahara occidental”, tel est l’intitulé du theme qui intervient sur demande du Groupe de la Gauche démocrate et républicaine refusant la position de Paris qui continue de prendre partie dans ce conflit en faveur du régime marocain.

En effet, le représentant du Front Polisario en France a fait savoir dans une déclaration a l’APS, que ce débat auquel a appelé le Groupe de la Gauche démocrate et républicaine (GDR) permettra d’évaluer “le degré du respect du droit international par la France, notamment au Sahara occidental occupé et sa position vis-a-vis de l’occupation marocaine atroce et illégale de la dernière colonie d’Afrique”.

Il  a, par ailleurs, précisé que l’occupant marocain a bénéficié durant ces 47 dernières années d’une “complicité flagrante des gouvernements français qui se sont succédés”. “Sans la protection de la France a El Makhzen, le conflit au Sahara occidental aurait depuis longtemps abouti a une solution équitable en permettant au peuple sahraoui d’exercer son droit a l’autodétermination”.

L’influence de la France au sein du conseil de sécurité est un atout

“Cette rencontre intervient, aux yeux de Mohamed Sidati, au moment opportun pour rappeler a l’Etat français ses responsabilités et interpelle les dirigeants de ce pays a reconsidérer leurs politiques illégales vis-a-vis du Sahara occidental en adoptant une autre stratégie positif de sorte a être en cohérence avec le droit international”.

Il faut noter, selon le diplomate sahraoui, que la France à une grande influence sur les décisions prises par le conseil de sécurité des nations unies de par son statut de membre permanent au niveau du conseil de sécurité de l’ONU.

Lire aussi :
Ryanair propose des billets d'avion à 22 euros entre la France et le Maroc en février

Le représentant du Front Polisario dans l’Hexagone a demandé, en outre, aux officiels français d’adopter une “approche plutôt positive” quant a la question de décolonisation du Sahara occidental. “Il est plus ce que jamais nécessaire, soutient-il, a ce que la France ait des positions cohérentes avec le droit international d’autant plus qu’elle préside actuellement  le Conseil de l’Union européenne. Ce serait une occasion pour elle et pour l’Europe entière de marquer le point a travers la prise d’une position commune vis-a-vis de la question sahraouie dans le cadre du respect et de l’application du droit internationale”.

Les mises en garde de Sidati

 “C’est bel et bien la nomination d’un nouveau envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU au Sahara occidental, Staffan De Mistura, ainsi que l’escalade de la guerre dans les territoires occupés depuis la reprise du conflit armé en représailles a la violation flagrante par le Maroc de l’accord de cessez-le-feu le 13 novembre 2020″, dit-il.

“En dépit de cette violation et de la mise en danger de la sécurité et de la stabilité dans la région, El Makhzen échappe a la punition”, a-t-il ajouté, tout en mettant en garde contre les conséquences d’une guerre imposée au peuple sahraoui engendrée par la politique expansionniste marocaine au Sahara occidental, ce qui laisse présager une détérioration de la situation.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL