Conseil de paix et sécurité de l’UA : les quatre raisons de l’élection de l’Algérie

Conseil de paix et sécurité de l’UA : les quatre raisons de l’élection de l’Algérie

Par Mohamed Dziri – L’Algérie a de nouveau été élue au Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine avec le score écrasant de 48 voix sur 52. L’occasion de nous interroger sur les principales raisons de cette consécration.

Après avoir déjà fait partie de cette instance panafricaine pour trois mandats, respectivement entre 2004 et 2007, 2007 et 2010 et 2013 et 2016, l’Algérie vient de nouveau d’être brillamment élue vendredi au Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine par le Conseil exécutif de l’Union africaine pour un mandat de trois ans (2019-2022).

C’est en présence du ministre Abdelkader Messahel, qui a dirigé à Addis-Abeba la délégation algérienne, à la 34e session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA, que le scrutin est intervenu dans une session consacrée au renouvellement des composantes de quelques organes de l’Union africaine, dont le Conseil de paix et de sécurité.

Faisant appel à l’aura de la diplomatie algérienne, sous la conduite du président de la République, Abdelaziz Bouteflika et de sa contribution à la préservation de la paix et de la sécurité en Afrique et au-delà, le ministre Messahel a misé sur quelques atouts qui ont finalement permis à l’Algérie de s’imposer lors de cette élection, dont l’apport, dans un premier temps, de notre pays à la stabilité régionale, tout particulièrement dans le contexte actuel marqué par de grandes turbulences.

Dans un deuxième temps, il y a lieu de relever qu’au titre de cette participation active au sein de cet important organe de l’Union africaine, l’Algérie a grandement contribué à la mise en œuvre du mandat du Conseil de paix et de sécurité, à savoir la prévention, la gestion et la résolution des conflits en Afrique.

Dans un troisième temps, l’engagement antiterroriste de l’Algérie n’est pas à négliger dans cette consécration. C’est ainsi que la quasi-totalité des Etats ont choisi de voter pour notre pays, en reconnaissance de son action dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Jusqu’au bout, et dans un quatrième temps, l’Algérie continue un peu partout en Afrique de privilégier d’abord la voie diplomatique en vue d’obtenir une résolution pacifique aux crises et conflits.

M. D.

Source : algeriepatriotique

algeriepatriotique