Corruption : Un autre projet d’envergure traîne Ali Haddad devant la justice

Algérie –Les affaires de corruption de l’homme d’affaires Ali Haddad semblent interminables. Il vient d’être cité comme principal mis en cause dans une autre affaire liée à la réalisation d’un tronçon autoroutier au niveau de la wilaya de Ain Defla.

Prévu initialement pour le 16 décembre dernier, l’examen de cette affaire, qui implique également plusieurs anciens ministres et anciens hauts responsables est renvoyé en fin d’année. En effet, le juge du pôle pénal spécialisé dans les affaires de corruption financière et économique près le tribunal de Sidi M’hamed a reporté l’examen de l’affaire impliquant l’ex-patron de l’ETRHB et d’autres ministres des travaux publics au 30 décembre 2021,informe le quotidien Echorouk.

L’affaire en question, ouverte pour le première fois au niveau de la même juridiction, début février dernier, concerne le marché de réalisation de la double voie au niveau de la route de wilaya n° 42 à Ain Defle. Cet axe routier devant relier la pénétrante de l’autoroute Est-Ouest s’étend sur 9 km.

Flashback sur les détails de l’affaire

A côté de l’ancien président de FCE, cette affaire implique également les deux anciens ministres des transports et des travaux publics Amar Ghoul et Abdelkader Ouali, d’anciens directeurs de même département, en l’occurrence Khelfaoui Ali et Ben Chennan Mohamed ainsi que l’ancien directeur de société nationale de grands travaux routiers, Berouak Slimane.

Rappelons que cette affaire dont les faits remontent à 2019, concerne « les instructions verbales et les ordres » afin d’octroyer le projet à Ali Haddad, qui avait usé de son influence pour l’obtenir lors de deux visites de terrain de l’ancien ministre Amar Ghoul à Ain Defle. Ils sont poursuivis pour « octroi d’indus avantages dans la conclusion de marchés publics, abus de fonction, conflit d’intérêts, abus de pouvoir, participation à la dilapidation de deniers publics ».

Selon la même source, il s’agit également « de l’obtention d’indus avantages dans le cadre de marchés publics, incitation de fonctionnaire à l’abus de pouvoir dans le but de l’obtention d’indus avantages et rédaction de fausses attestations ».

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL