Crise diplomatique : l’Algérie compte imposé d’autres nouvelles mesures au Maroc selon Amar Belani

Algérie –La tension entre l’Algérie et le Maroc est entrain d’atteindre son pic, un mois après avoir décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc, l’Algérie a pris ce mercredi 22 septembre une nouvelles mesures de riposte contre les « actions hostiles » du Maroc. Cette nouvelle mesures est loin d’être la dernière.


La mesure qui a été prise au cours d’une réunion du Haut conseil de sécurité (HCS) consiste en la fermeture de l’espace aérien algérien aux avions civils et militaires marocains ainsi qu’à tous les appareils enregistrés au Maroc. La présidence de la République a justifié cette mesure par la « persistance des provocations et des actes hostiles de la partie marocaine » aux frontières de l’Algérie. Ce vendredi, Amar Belani, envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental et des pays du Maghreb a donné plus de détails. Dans une déclaration à l’agence Reuters, il a expliqué que l’Algérie a décidé, en « toute souveraineté et conformément aux conventions  internationales, la fermeture immédiate de son espace aérien aux aéronefs civils et militaires marocains et immatriculés  au Maroc, et ce à compter de mercredi dernier ».

Lire cet article  Payer un salaire au chômeur, est ce une bonne idée ?


Une Décision préventive 

Pour M. Belani, cette décision « préventive est dictée par des raisons impératives de sécurité nationale, compte tenu de l’existence d’indices concordants et d’éléments probants sur la conception ainsi que sur la poursuite d’actions hostiles dirigées contre notre pays ».
Amar Belani n’a pas exclu de nouvelles mesures contre le Maroc qui poursuit sa politique d’hostilité vers l’Algérie. « Dans ce contexte particulier où l’animosité et les desseins malveillants sont irrécusables, l’adoption de mesures supplémentaires n’est pas à exclure et  l’Algérie fera preuve d’une extrême vigilance et d’une fermeté absolue pour la protection et la sanctuarisation de son territoire national », a-t-il mis en garde, sans s’étaler.
Les relations algéro-marocaines se sont nettement détériorées ces derniers mois. Le pic des tensions a été atteint le 24 août dernier avec la décision de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc, en riposte à une série d’ « actes hostiles » commis par le royaume. Parmi ces actes, cités par le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra lors de l’annonce de la fermeture des frontières, qui ont précipité les relations entre les deux pays dans l’abîme, figure le soutien apporté par le Maroc au Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK). C’est le principal casus belli derrière la décision de l’Algérie de rompre ses relations avec le Maroc. « L’Algérie a été extraordinairement patiente face à tous les actes que le Maroc a commis contre sa souveraineté et son unité », a déclaré Ramtane Lamamra,ce mardi 22 septembre 2021.

Lire cet article  Rencontre gouvernement-Walis: voici les grands dossiers qui seront abordés par Tébboune

 

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS