in

Culture de champignon à Tizi Ouzou : Une nouvelle filière en quête d’accompagnement

La culture de champignons et particulièrement de la variété pleurote, fraîchement introduite dans la wilaya de Tizi-Ouzou, est une filière en quête d’accompagnement sur les plans organisationnels, du financement et de la formation pour se développer, de l’avis de pionniers de cette culture dans la région. Madani Ghiles de la commune de Fréha (Tmizart) universitaire est le premier à tenter l’expérience à Tizi-Ouzou.

Passionné de myciculture il s’est toujours intéressé à la production du champignon particulièrement le pleurote et s’est beaucoup renseigné sur le net sur les techniques de sa culture. En 2017, il soutien son mastère de fin d’étude en management et entrepreneuriat sur le thème du pleurote, a-t-il indiqué à l’APS. Avant de se lancer dans cette culture, il suit une formation d’une semaine, dans une unité de production de ce champignon en Belgique. «La première difficulté que j’ai rencontré pour me lancer dans la production, est l’acquisition du mycélium. La culture de champignon étant une filière naissante et pas encore réglementée en Algérie, il est difficile de trouver des producteurs», a-t-il dit. Le fameux mycélium en main, il se lance dans la production dans des locaux spécialement conçu à cette culture hors sol, qui ne demande donc pas de disposer d’une parcelle de terrain, et qui est par conséquence très adaptée à une région montagneuse comme Tizi-Ouzou où le foncier agricole est rare, a observé ce même producteur. En plus de la culture de champignons, Madani Ghilès, produit aussi son propre mycélium pour pouvoir pérenniser son activité et la continuité de son unité de production «champiBio» basée a Fréha. Quant à sa production de pleurotes, elle est directement vendue à des restaurants, en attendant que la filière se développe davantage et que le consommateur s’habitue à se produit nouveau, a souligné Madani. Actuellement la culture du pleurote se développe timidement dans la wilaya de Tizi-Ouzou et le nombre de ceux qui produisent ce champignon se compte sur les doigts d’une seule main. L’APS a rencontré trois d’entre eux, deux hommes dont un produit du mycélium et une jeune femme de Aïn El Hammam qui cultive aussi le champignon king, et qui se sont lancés dans cette filière depuis environ une année, produisant entre 40 et 50 kilos de champignons chacun. Les principales difficultés évoquées par ces champignonnistes, sont celles liées à une filière naissante, à savoir l’absence de cette culture dans la nomenclature des filières agricoles, la réticence des dispositifs d’aide à la création d’emplois et le manque d’information sur cette culture en hors sol, de certains acteurs du secteur qui devraient les accompagner, ont expliqué les producteurs rencontrés par l’APS. Pour contribuer au développement de cette filière dans la wilaya de Tizi-Ouzou, l’Institut de technologie moyen agricole spécialisé (ITMAS) de Boukhalfa (banlieue ouest de Tizi-Ouzou) a organisé dernièrement une session de formation sur la culture des pleurotes au profit d’une trentaine d’agriculteurs des wilayas de Tizi-Ouzou, Béjaïa, Bouira, et Boumerdès. Alors qu’une autre aura lieu en janvier prochain au profit des cadres du secteur, a-t-on appris de la responsable de la cellule de conception des programmes Mme Hini Nadia. Madani Ghilès qui a assuré cette formation a donné des conseils pratiques pour la culture du pleurote. Il a détaillé les différentes étapes depuis la mise en incubation du mycélium jusqu’à la récolte. L’incubation, qui dure entre 15 et 20 jours, exige une salle sombre, une température de 22 c et un taux d’humidité d’environ 85%, a-t-il expliqué. La fructification, quant à elle, exige d’autres conditions dont un choc thermique, un éclairage le jour, une bonne oxygénation. Le diamètre du champignon doit être entre 10 à 15 cm pour être récolté au delà de 15 cm il devient fibreux, un sasse contenant environ 200 gr de mycélium et donnant entre 1 kg à 1,2 kg de pleurotes, a ajouté M. Madani qui a insisté sur l’importance de la stérilisation tout au long du processus de production et le port d’un masque pour se protéger contre les spores.

Partagez l'article :

3 Comments

Leave a Reply
  1. Ah ces Kabyles exagère quand même, ils veulent introduire des champignons en Algérie !!!!
    Eux qui sont traités de traîtres et de sécessionnistes par certains suppôts de cette junte, c’est vrai ne font absolument rien pour l’Algérie ils se contentent de manger du cachir !
    Très belle initiative, et avec des gens entreprenant comme cela l’Algérie a de belles années devant elle.

  2. À Bibi je t’ai déjà dit arrête de parler au nom des Kabyles on est tous algérien c’est toi tu te sens exclu c’est ton problème mais souviens-toi une chose qui sème le vent récolte la tempête quand je te vois sur tes commentaires tu n’as que du négatif j’ai du mépris pour les autres commentaires alors arrête parlons ton nom pas au nom des Kabyles

  3. Mokrane,
    Tu as l’exclusivité d’être kabyle aya khadaê.
    Dhi thmourt igoumian amkatch zelounthen am ikharfen. Makatch thzenzadh laslik Bach atsetcheth a casse croute rouh inal oualdik aya goumi.
    Aya khabith.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *