De lourdes charges pèsent sur Djamel Ould Abbes

2

Selon l’avocat Farouk Ksentini, le juge instructeur a ajouté une nouvelle inculpation à M. Ould Abbes, à savoir la dilapidation de deniers publics. L’ancien ministre de la Solidarité nationale et de la Famille et ex-secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbes (85 ans), a été entendu, hier, par le juge d’instruction près la Cour suprême pour des affaires de corruption. Poursuivi pour mauvais usage de la fonction, corruption, dilapidation de deniers publics, M. Ould Abbes a été entendu dans le fond au sujet de plusieurs affaires liées à la période où il était en charge de ce secteur. 

En effet, de lourdes charges sont retenues dans le dossier du mis en cause qui avait conclu des contrats de marché contraires à la législation, suivi de l’exploitation abusive de sa fonction de ministre et la falsification de documents officiels, soit les mêmes chefs d’inculpation retenus à l’encontre de l’ancien ministre de la Solidarité et de la Famille, Saïd Barkat, qui, lui aussi, a comparu dans le cadre de l’instruction approfondie.

Lire aussi  Le Président Tebboune confirme la poursuite des consultations politiques pour parvenir à une "Constitution consensuelle"

Ainsi, le juge d’instruction s’est intéressé aux détails contenus dans le procès-verbal de l’enquête judiciaire, de l’Office de la répression contre la corruption et de la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF), relevant du ministère des Finances. Il a été relevé que le mis en cause était impliqué dans la dilapidation de plus de 700 milliards de centimes, une somme détournée durant la période allant de 2001 à 2016.

L’instruction s’est intéressée de près à la traçabilité de cette somme colossale qui était destinée à des chapitres de financement très précis au niveau du ministère. Autres éléments nouveaux dans l’enquête judiciaire, l’implication de 21 autres personnes, dont l’ancien secrétaire général du ministère de la Solidarité et de la Famille, ainsi que de hauts cadres du même ministère, des directeurs centraux et des présidents d’associations qui auraient indûment bénéficié de cet argent, alors que ce fonds était initialement destiné aux catégories vulnérables de la société, comme les familles et les personnes défavorisées et les personnes aux besoins spécifiques.

Lire aussi  ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous

Contacté par nos soins, l’avocat du mis en cause, Farouk Ksentini, a affirmé que “le conseiller enquêteur près la Cour suprême avait déjà entendu Djamel Ould Abbes sur le sujet et nous avons demandé à ce que le juge termine son audition dans le fond. Mais, nous n’avons pas demandé la liberté provisoire. M. Ould Abbes a été entendu, il y a quelque temps, et les choses ont trop tardé. Et aujourd’hui (hier, ndlr), le juge lui a ajouté une nouvelle inculpation, celle du détournement de deniers publics.

2 Commentaires

  1. C’est marrant comment cet individu qui n’a jamais fait des études a pû arrivé a cette place qui demande l’humanisme et l’honnêteté envers les pauvres et que va-t-il faire avec cet argent peut être il aura besoin dans sa tombe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici