Décès de Bouteflika : l’emblème national mise en berne pendant trois jours (Tebboune)

Algérie L’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, est décédé vendredi à l’âge de 84 ans, plus de deux ans après sa démission. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a décidé la mise en berne de l’emblème national à travers le territ.

Vendredi soir, la présidence de la République a annoncé, dans un communiqué, le décès de cet ancien chef de l’État qui a présidé aux destinées de l’Algérie pendant 20 ans. Si la date de son enterrement n’a pas encore été annoncée, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a décidé la mise en berne de l’emblème national à travers le territoire national, pendant trois jours, à compter de ce samedi.

Né le 2 mars 1937, le défunt Abdelaziz Bouteflika avait succédé en 1999 à Liamine Zeroual lors d’une présidentielle marquée par le retrait des six autres candidats. Il a été réélu trois fois: en 2004, 2009 et 2014, soit une année après un accident vasculaire cérébral (AVC) qui l’avait affaibli physiquement. Dès son accession à la présidence de la République, Bouteflika œuvrera pour le rétablissement de la paix et la stabilité dans le pays. Il engage le processus de concorde civile, consacré, le 16 septembre 1999, par un référendum qui recueille plus de 98% de suffrages favorables.

Lire cet article  Algérie: les grandes décisions de Tebboune au conseil des Ministres

Il fut à l’origine d’une politique dite de “réconciliation nationale” qui a conduit, en septembre 2005, et conformément à sa promesse électorale, à l’adoption par un référendum populaire, une charte de réconciliation nationale, plébiscitée par 80% des Algériens. Auparavant, le défunt avait participé à la guerre de libération nationale. Il avait rejoint les rangs de l’Armée de libération nationale (ALN) en 1956 pour assumer, pendant deux ans, la mission de contrôleur général de la wilaya V (1957 et 1958).

En 1960, officier de l’ALN, il est affecté aux frontières sud du pays pour commander le “front du Mali” dont la création entrait dans le cadre des mesures visant à faire échec à l’entreprise de division du pays de la part de la puissance coloniale et à organiser l’acheminement des armes pour le compte des maquis de l’ALN à partir du sud, ce qui lui vaudra le nom de guerre de “Si Abdelkader El Mali”. selon APS

Lire cet article  L'Algérie condamne le coup d'état déjoué au Soudan

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS