Dernière ruse du système pour dialoguer avec lui-même

2
Par Youcef Benzatat – Rien n’y fait devant la détermination du peuple à vouloir défaire définitivement ses chaînes et s’approprier son territoire. «Le pays est à nous et nous n’entendons appliquer que notre solution», répètent en chœur les manifestants de vendredi à vendredi. Pendant ce temps, le système ne désarme pas. Tous les mardis, une nouvelle reformulation de la même solution est proposée et sitôt rejetée.
Provoquant son orgueil par des réactions de désinformation, intimidations, manipulations, allant jusqu’à des menaces à peine voilées, contre tous ceux qui rejetteraient ses solutions, notamment le rejet des élections du 4 juillet, en les traitant de traîtres à la patrie. Impassible dans son mépris pour la chose publique, il persiste à vouloir faire croire que l’Etat civil, l’Etat de droit, l’Etat démocratique, c’est lui. «Le système est avec le peuple et nous allons nettoyer le pays des voleurs et irons avec lui jusqu’au triomphe de ses demandes». Comme si le peuple lui demandait quelque chose. Alors que ce dernier ne cesse de l’inviter à dégager et d’exiger de lui qu’il lui restitue sa justice, son pays et sa souveraineté qu’il lui a usurpée.

Son obstination à vouloir appliquer l’article 102 de la Constitution en vigueur, malgré le rejet catégorique par la foule des manifestants, lui préférant clairement le «départ du système» dans son intégralité, ses hommes, ses symboles, ses procédures et ses solutions, en a fait l’article le plus célèbre dans le monde entier et dont certains n’hésitent pas à en faire un motif de moquerie, en ont faisant un mot d’esprit, une taquinerie, comme au temps où nous étions gouvernés par un spectre. Le système entend faire la pluie et le beau temps, en dressant de plus en plus ses muscles sur la trajectoire des hommes et des femmes à la nuque raide sorties en masse le défier, incapable de lucidité et de réalisme devant le surgissement pacifique de la vérité en pleine lumière.

Comment faire alors, si le peuple ne veut pas aller voter ce 4 juillet ? Comment légitimer un nouveau locataire à El-Mouradia alors que la soixantaine de candidats à la candidature présidentielle annoncés n’osent même pas se montrer et plaider leur supercherie devant leurs électeurs potentiels supposés ? Comme les ministres, les walis et tout le personnel illégitime qui meublent l’Etat et les institutions, qui ne savent plus quoi faire de leurs prérogatives institutionnelles, car raillées à chacune de leur excursion en dehors des sièges de leurs fonctions. Une situation sans précédent de blocage de l’Etat et des institutions sans recours à une quelconque désobéissance civile. Une seule phrase commise en chœur par une foule de badauds à leurs vues dans l’espace public aurait suffi pour les neutraliser et rendre leur mission impossible : «Vous avez pillé le pays bande de voleurs !».

Bien évidemment que le système n’entend pas de cette oreille l’injonction «dégagiste». Les intérêts et les culpabilités sont tellement importants qu’il faudra résister par tous les moyens, y compris en recourant à cette dernière ruse qui consiste à suggérer un dialogue avec soi-même pour espérer duper et réaliser un passage subtil vers son auto-reconduction.

En effet, qui doit dialoguer avec qui ? Les deux principales parties dans cette situation révolutionnaire ne peuvent être que les représentants du peuple et le pouvoir. Or, ce dernier est considéré comme non qualifié à mener un quelconque dialogue, parce que rejeté par le peuple et donc illégitime. L’armée, à travers son représentant, le chef d’état-major, est, elle aussi, considérée comme non qualifiée à ce dialogue, car cela ne relève pas de ses prérogatives qui ne peuvent se limiter qu’à la sécurisation des procédures politiques que le processus transitionnel aura déterminé. Il y a donc un déficit d’interlocuteur. Bien que ce déficit ait été comblé depuis le début du processus révolutionnaire par l’armée, qui s’est substituée au pouvoir civil mais sans l’avouer, allant jusqu’à affirmer soutenir le peuple dans son adversité avec le pouvoir en l’aidant à atteindre ses objectifs révolutionnaires. Une situation illogique car l’armée ne peut être à la foi partie au dialogue et soutien de son interlocuteur, ce qui revient à dialoguer avec soi-même. Dans ce cas, autant remettre le pouvoir immédiatement au peuple et mettre fin à la crise.

Mais n’est-ce pas là une ruse de plus pour amener l’opposition traditionnelle, elle-même rejetée par le peuple, à un dialogue avec le système pour un partage du pouvoir au détriment des intérêts et de la volonté populaire ? Ce qui aggraverait encore un peu plus la crise et fera perdre un temps important à son dénouement, par ce que le peuple est déterminé à en finir avec le système et aucun personnel politique qui aurait conclu un accord avec l’armée et qu’il n’approuverait pas serait rejeté à son tour et amènerait la situation à son point de départ. Alors que, sans vouloir ruser et préserver le système et en choisissant de soutenir la transition révolutionnaire, comme elle l’affirme, l’armée devrait accompagner la volonté populaire en faisant sienne le choix du peuple. Sachant qu’une solution radicale existe bel et bien et pourrait mettre un terme à cette situation de crise dans l’immédiat. Il aurait été simple que chacune des 48 wilayas désigne son représentant pour constituer un groupe de 48 personnes qui auront la tâche de désigner parmi eux un représentant consensuel pour diriger la transition avec sérénité et efficacité.

Y. B.

Source : algeriepatriotique

2 COMMENTS

  1. La politique Algérienne et son système
    L’Incompétence ou complicité

    La négation des droits, les abus de force, la corruption et l’arbitraire ont provoqué un sentiment de rejet à l’égard de la chose publique et de révolte chez le peuple Algérien.
    L’histoire témoigne que depuis que L’Algérie est Algérie, il n’y a jamais eu, au grand jamais, de cohabitation entre le camp du bien et le camp du mal.

    A ce système Mafieux d’arrêter la Mascarade théâtrale en série sous forme d’une stratégie calculée et négociée avec vos partenaires étrangers dans le but de casser le mouvement, HERAK ou de le désorganiser avec les L’infox, l’information fallacieuse, la fausse nouvelle ou la fake news, ou l’intégration d’éléments perturbateurs pays par ce système Mafieux tel que le BALTAGIA ou autres !!!
    Donc arrêter le pourrissement et la provocation car j’attire votre attention que : Le Mouvement HIRAK est un mouvement pacifique à la Non-Violence SELMIA SELMIA .

    Le mouvement de 2019 en Algérie réactive le passé héroïque de nos chouhadas Allah yarhamhoum du mouvement national
    le Mouvement populaire algérien né le 22 février 2019 qui s’est insurgé contre le pouvoir en place a déjà permis, dès son début, de faire renoncer M. Bouteflika à un 5e mandat présidentiel, ce qui était sa première revendication. Le mouvement est toujours d’actualité, sans relâche avec des slogans POUVOIR ET SYSTEME DEGAGEZ TOUS donc quoi que vous Fassier le HIRAK plus de 27 Millions dans les 48Wilaya et vous allez être dégagé ;
    Donc pour le peuple Algérien au pluriel qui veulent sauver leurs patrie Algérie de ces prédateurs corrompus, la devise du peuple est : la détermination d’aujourd’hui mène au succès de demain avec un développement de l’Algérie prospère In cha Allah , Rappel à ces politiques corrompus sanguinaires : Chapitre I : De l’Algérie Article 1er. — L’Algérie est une République Démocratique et Populaire. Elle est une et indivisible. Nous sommes Ni Arabes, Ni Mozabites, Ni Kabyles, Ni Chaouis Ni, Touaregs .Nous sommes une Algérie Unie, nous sommes unis pour un seul but La liberté, la démocratie et une nouvelle république surtout sans cette Mafia politique corrompue avec son système en Place basta Dégage
    D’abord, il y a une Entrave à l’exercice de la justice Monsieur Le Chef d’Etat-major de l’armée, Monsieur Gaid Salah. Vous appelez a la justice d’accélérer les enquêtes.

    Vous avez dit le Mardi 30 Avril 2019 sur la justice et les affaires de corruption, et vous affirmez que l’armée détient “des informations vérifiées sur de lourdes affaires de corruption”.) Monsieur Gaid Salah Transmettez ces informations à la justice qui est compétente en la matière et surtout lui donner l’indépendance et la garantie totale à la constitution je cite l’article Art. 156.1 — Le pouvoir judiciaire est indépendant. Il s’exerce dans le cadre de la loi
    Art. 165. — Le juge n’obéit qu’à la loi. Monsieur Gaid Salah Aussi Art. 167. — Le magistrat est responsable devant le Conseil supérieur de la magistrature et dans les formes prescrites par la loi, de la manière dont il s’acquitte de sa mission. Alors laissant la justice faire son travail librement « nul n’est censé ignorer la loi »

    Le peuple Algérien vous interpelle en vous disant Monsieur Gaid Salah. De quel droit vous ordonnez à la justice d’accélérer les enquêtes. Rappel à vos fonctions 🙁 Le chef d’État-Major de l’Armée nationale populaire est de par la loi, l’officier militaire de rang le plus élevé de l’Armée nationale populaire algérienne avec le grade de général de corps d’armée.
    Il a autorité sur l’État-Major de l’armée composé de départements (emploi-préparation, organisation-logistique, approvisionnement) de directions (DCSA, DCIO, DREC), de services : service géographie et télédétection, de bureaux (enseignement militaire, informatique), un centre des opérations. Il coordonne l’action des commandants de forces (CFT, CFA, CFN, CDAT, CGN, CGR) et des 6 chefs de régions.)
    Donc la Justice n’est pas dans vos compétences Monsieur Le chef d’État-Major de l’Armée nationale
    Rappel : Chapitre III : Du pouvoir judiciaire Monsieur Gaid Salah Art. 156.1 — Le pouvoir judiciaire est indépendant. Il s’exerce dans le cadre de la loi

    Rappel à la Justice et aux juges :
    Concernant l’arrestation de Monsieur RABRAB, Art. 59.1 — Nul ne peut être poursuivi, arrêté ou détenu que dans les conditions déterminées par la loi et selon les formes qu’elle a prescrite. La détention provisoire est une mesure exceptionnelle dont les motifs, la durée et les conditions de prorogation sont définies par la loi.
    La loi punit les actes et les faits d’arrestation arbitraire
    Art. 74. — Nul n’est censé ignorer la loi.
    Toute personne est tenue de respecter la Constitution et de se conformer aux lois de la République.

    Je M’adresse à cette mafia politique corrompue sanguinaire Art. 24. — L’abus d’autorité est réprimé par la loi. « nul n’est censé ignorer la loi » Art. 10. — Les institutions s’interdisent : – les pratiques féodales, régionalistes et népotiques, Art. 25. — L’impartialité de l’administration est garantie par la loi.

    Donc arrêtons cette Mascarade théâtrale en série sous forme d’une stratégie calculée et négociée avec vos partenaires étrangers dans le but de casser le mouvement HERAK

    Pour terminer arrêter le pourrissement et la provocation

    Art. 12. — L’Etat puise sa légitimité et sa raison d’être dans la volonté du peuple.
    Sa devise est «Par le Peuple et pour le Peuple». Il est au service exclusif du peuple.
    Donc le peuple exige l’article è et L’Article 8

    Chapitre politique corrompue de cette Mafia en Algérie au pouvoir pendant et après l’indépendance.
    La pratique malsaine du travestissement des vérités réelles favorise de la clique mafieuse, qui a pour finalité la pollution de l’atmosphère politique du pays, usage de stratégie classique pour l’instauration d’un climat de peur et de terreur, en vue d’imposer sa domination, pour conquérir le beurre et l’argent du beurre.
    Il faut dire que les commanditaires de cette conspiration du système politique corrompu et Mafieux et leurs valets n’ont pas appris la leçon essentielle de l’exercice du pouvoir qui dicte que l’intelligence est indispensable à la gouvernance, mais l’abus d’intelligence à caractère perfide est une arme à double tranchant.
    En constatant des manquements manifestes aux règles les plus élémentaires de la correction politique, le citoyen averti se pose une multitude de questions sur la cause qui a provoqué toute cette agitation, excessive à l’extrême, de la meute des maîtres-chanteurs, corrupteurs et corrompus démesurément enragés.
    Aussi J’attire L’Attention à ce grand peuple Algérien par excellence de bien vérifier et de faire des investigations sur certains groupes ou associations ou autres qui parlent au nom du peuple Algérien Attention Attention Car l’opportunisme par Intérêt et omni présent hélas ils peuvent être nuisibles pour l’Algérie donc faire des recherches et beaucoup d’investigations pour être sûr de la crédibilité de ces gens même ceux qui sont à l’étranger ..
    N’oublions pas une chose que nul n’est éternel en ce bas monde

    Faites des commentaires, et Partager cet Article au Maximum possible Merci D’Avance

    Cordialement Dr Ismail GUELLIL

  2. les représentants des 48 wilyas seront choisis comment?
    sur quels critères?
    Auraient-ils fait partie du pouvoir?
    La proposition du choix est en elle-même acceptable. La méthode reste à définir.
    On ne doit pas être tatillon, certes. Mais il s’git de l’avenir de la Nation. Réflachissons et proposons davantage!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here