Des anciens hauts responsables et ministres dans le collimateur de la justice

Algérie – La justice algérienne est entrain de passer à la vitesse supérieure pour statuer sur des dossiers pendants. Il s’agit notamment d’affaires de corruption. Tout récemment, l’extradition de l’ancien PDG de la Sonatrach a donné une bonne visibilité à la justice qui est sur le bon chemin pour rétablir la confiance avec le peuple.

Sous l’ère Bouteflika on ne pouvait pas affirmer avec exactitude que la justice jouissait d’une totale indépendance. Il y a certains dossiers qui traînaient dans les tiroirs et il aura fallu la chute de l’ancien régime pour que les choses puissent enfin avancer.

Le cas de l’ancien PDG de la Sonatrach n’est peut-être qu’une première étape. Actuellement, le juge de la 3e chambre du pôle financier près le tribunal de Sidi M’hamed dans la capitale Alger est sur dossier énorme qui implique d’anciens hauts responsables du pays.

Justice new look

Tout porte à croire que ces anciens hauts cadres sont impliqués dans une vaste affaire de corruption en lien avec l’Agence nationale des barrages et des transferts (ANBT). Cette structure est l’une des plus importantes du pays avec des fonds colossaux.

Ainsi donc deux anciens premiers ministres (Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia), des ministres des mandatures passées des ex-conseillers et walis sont entendus par la justice. Saïd Bouteflika, ancien très influent conseiller et frère d’Abdelaziz Bouteflik fut aussi convoqué pour être entendu.

Son nom revient avec insistance dans plusieurs autres affaires de corruption. Il faut savoir que toutes ces personnalités furent placées sous mandat de dépôt. Les jours à venir seront donc cruciaux et il n’est pas à exclure qu’on assiste à divers retournements de situation.

Lire cet article  Algérie : solution du gouvernement face à la hausse du prix des poulets

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS