Des documents le révèlent : Trump se prépare-t-il à envahir l’Afrique ?

Par Sadek Sahraoui Une présence militaire discrète mais massive des Etats-Unis en Afrique. Des documents officiels compilés ces derniers jours par The Intercept révèlent que la présence militaire américaine en Afrique est bien plus importante que ne l’affirme le Pentagone. Africom disposerait d’au moins 34 sites sur le continent. Pour ces révélations, ce magazine en ligne spécialiste de l’investigation n’a eu qu’à faire jouer la loi sur la liberté de l’information pour obtenir des données parfois à contre-courant du discours officiel.

D’après la même source, reprise par de nombreux médias occidentaux, Africom dispose ainsi de cinq sites au Niger et en Somalie, 4 au Kenya mais également 2 au Cameroun et au Mali. « Au total, 34 bases, 14 principales et 20 autres plus ou moins équipées, plus ou moins visibles, sont disséminées autour du camp Lemonnier de Djibouti, principale structure du continent hébergeant 4 000 militaires», mentionne The Intercept.

Ces bases, signale la même source, se trouvent essentiellement à l’ouest pour les opérations dans le Sahel, dans la Corne de l’Afrique et en Libye, trois zones où les Etats-Unis participent à la lutte contre le terrorisme. En Libye, les Etats-Unis sont présents sur trois sites sur lesquels ils ne communiquent pas. En Tunisie, ils ne conservent qu’une base de drones, la base aérienne de Sidi Ahmed. Nous croyons savoir que la CIA dispose aussi d’une base dans ce pays. En Afrique centrale, on ne recense qu’une base, essentiellement aérienne, en Ouganda, et plus au sud, une seule autre, au Botswana.

Les documents d’Africom montrent surtout le poids grandissant des drones, qui permettent des missions aussi bien d’attaques que de surveillance. La plus grande base du monde se trouverait actuellement à Djibouti, et sera bientôt dépassée par une autre au Niger. Mais toutes ces bases laissent penser que les Etats-Unis préparent une grande opération en Afrique ou, à tout le moins, ils y ont de grands projets «stratégiques». Au-delà de la lutte contre le terrorisme, il pourrait bien s’agir d’un plan pour contrer les Chinois, les Français ou les Russes.

S. S.

Source : algeriepatriotique

algeriepatriotique