Des élus pointent des restrictions budgétaires

Liberté Algérie – Le Quotidien Dans son discours d’ouverture des travaux de cette séance plénière, le président de l’APW, Mehenni Haddadou, a tenu à souligner que cette session intervient à la fin d’une mandature exceptionnelle marquée par des événements ayant entravé le développement de la wilaya.

Réunis en session ordinaire, les membres de l’APW de Béjaïa ont adopté le budget supplémentaire (BS) au titre de l’exercice 2021, dont le montant global s’élève à 14,92 milliards de dinars, dont 8,60 milliards de dinars alloués à la section de fonctionnement et 6,32 milliards de dinars affectés aux équipements et investissements.

Après avoir débattu de la répartition du BS de l’année en cours, les élus de l’APW ont examiné la situation de la pandémie de Covid-19, le bilan des feux de forêt, les rentrées scolaire et universitaire 2021-2022, le secteur des ressources en eau…

Dans son discours d’ouverture des travaux de cette séance plénière, le président de l’APW, Mehenni Haddadou, a tenu à souligner que cette session intervient à la fin d’une mandature exceptionnelle marquée par des événements ayant entravé le développement de notre wilaya.

Des situations de crises politiques, économiques, sociales et sanitaires, telles que les intempéries, le séisme du 18 mars 2021, les trois vagues de la pandémie de coronavirus et enfin les feux de forêt qui ont ravagé la Kabylie, a-t-il précisé.

Avant d’ajouter que “les situations que nous avons vécues et les difficultés auxquelles nos concitoyens sont confrontés ont mis le doigt sur les dysfonctionnements de nos institutions, la défaillance avérée de certains secteurs et la négligence des responsables”.

M. Haddadou n’a pas hésité à fustiger, sans le nommer, l’ancien wali Ahmed Maâbed, muté dans la wilaya de Tipasa, en notant qu’“un commis de l’État, qui a consacré son temps à entretenir sa fausse image au détriment de celle de notre wilaya, a fui sans scrupules cet hémicycle pour dissimuler ses défaillances, sans présenter de bilan !”.

Par ailleurs, l’orateur déplorera le fait que le budget de wilaya connaisse de “nouvelles restrictions budgétaires qui impactent négativement les recettes locales”. Cet état de fait, soutiendra-t-il, a orienté plus de 70% du budget pour couvrir les frais de fonctionnement. “Il est donc impossible de faire face aux besoins les plus élémentaires et de couvrir le déficit énorme en matière de développement”, a-t-il regretté.

L’autre problème soulevé par le P/APW de Béjaïa est “l’instabilité et l’absence de continuité de l’exécutif de la wilaya avec quatre walis en quatre ans. Ce qui a sérieusement handicapé notre wilaya”.

Concernant le bilan des feux de forêt enregistrés entre le 9 et le 18 août dernier, le rapport présenté par la commission hydraulique, forêts, agriculture, pêche et tourisme fait état de pas moins de 12 000 hectares ravagés par les flammes, dont les dégâts occasionnés ont touché le massif forestier constitué, essentiellement, de chênes-lièges, de pins d’Alep et de broussailles.

Au-delà de ces pertes végétales, ces incendies ont également détruit des câbles électriques, des conduites d’eau potable (AEP), des étables, des granges de foin, des poulaillers et même des habitations.

Selon les termes du même document, au moins 222 départs de feu, dont 69 jugés importants, ont été recensés durant la même période, où ces incendies dévastateurs ont entraîné des pertes de vies humaines et d’animaux (bovins, ovins, caprins…).

À noter que les membres de ladite commission, qui affirment avoir sillonné toutes les localités touchées par les feux de forêt, ont relevé plusieurs facteurs représentant des insuffisances en moyens de lutte contre ces incendies.

On cite, notamment, “l’inexistence de pistes forestières dans la plupart des villages vulnérables”, “le manque de postes de vigie ou de surveillance”, “la sécheresse des bassins, forages et points d’eau situés à proximité des forêts”, “l’absence de textes de loi criminalisant les actes de pyromanie”…

De son côté, la commission santé et environnement, qui a présenté un rapport jugé “inconsistant” sur la situation épidémique dans la wilaya de Béjaïa, s’est contentée de rappeler certaines “actions pratiques d’accompagnement” engagées par les élus de l’APW, citant, à titre d’exemple, les “visites ponctuelles” effectuées dans les établissements sanitaires de la région.
KAMAL OUHNIA

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS