Deux autres cobayes pour la suppression des chaînes de télévision qui enfreint la loi

Algérie- Ces derniers jours, les autorités  sont devenus strict sur le respect des lois audiovisuel, une raison qui amène les promoteurs de chaines télévision à se méfier. C’est ainsi que la première chaîne de droit privé à avoir ouvert en Algérie, El Djzaïria One, a été fermée sur une décision commune de l’Autorité de régulation de l’activité audiovisuelle (Arav) et du ministère de la Communication.

« des violations professionnelles provenant de la chaîne El Djazaïria One’ relatives au non-respect des exigences de l’ordre public, outre la violation par l’un des associés de cette chaîne de la loi sur l’activité audiovisuelle, laquelle interdit l’acquisition d’actions dans plus d’une chaîne télévisée », serait la raison de la supression de la chaine selon l’Arav.

Le document précise qu’aux précédents motifs s’ajoutent « les poursuites judiciaires et le mandat d’arrêt rendu par la justice algérienne à l’encontre des frères propriétaires, fondateurs et gérants de cette chaîne pour infraction à la législation et à la réglementation de change et mouvements de capitaux de et vers l’Algérie, d’une part, et blanchiment d’argent, d’autre part ».

« Soucieuse de garantir le respect des lois de la République et ses réglementations en vigueur », l’Arav « décide de la fermeture immédiate et définitive de la chaîne  El Djazaïria One et demande au ministère de la Communication de lui retirer l’accréditation et d’appliquer la décision de sa fermeture définitive ». Au siège de la télévision, les 150 salariés n’en reviennent pas. La décision lue sur Facebook est tombée comme un couperet.

Lire cet article  Prévision météorologique de ce vendredi 15 octobre

La désolation a vite laissé place à la colère. Ils ont organisé un sit-in devant la villa qui sert de siège à leur chaîne. « Il est terrible d’apprendre par un simple post Facebook que ton entreprise est fermée. Pourtant, la Constitution interdit toute fermeture d’entreprise médiatique sans passer par la justice », dénonce un journaliste.

Personne parmi le personnel, ni au sein de l’administration ne connaît les vraies raisons de cette fermeture. « Nous n’avons rien reçu, ni notification, ni avertissement, ni appel téléphonique. Nous avons lu l’information sur Facebook », s’indigne un responsable. « Depuis de longues années, nous avons veillé à ne commettre aucune faute. Nous surveillons même nos génériques pour éviter de susciter l’ire des autorités. Elles n’ont rien à nous reproché », s’emporte un technicien.

Lire cet article  Algérie : Salah Aougrout transféré vers un autre hôpital

Pourtant, tous savaient que désormais, c’est le chapitre chômage qui les attend désormais. « Cela fait 9 ans que je travaille. Et subitement, je suis au chômage », a simplement commenté une journaliste, défiant.

En plus d’El-Djazaïria One, une autre chaîne de télévision a été sanctionnée. En effet, El-Bilad a été fermée pour une durée d’une semaine. L’Arav a annoncé, dans un communiqué, que la chaîne est accusée de « non-respect des recommandations liées à la protection des enfants mineurs lors de la diffusion de ses programmes ».

Le document précise que l’article 48 de la loi relative à l’activité audiovisuelle impose notamment « le respect des règles professionnelles, d’éthique et de déontologie dans l’exercice de l’activité audiovisuelle quels qu’en soient la nature, le support et le mode de diffusion », la « mise en place des mécanismes et des procédés techniques de protection des enfants mineurs et des adolescents dans les programmes diffusés » et de « ne pas faire l’éloge de la violence ». Cette chaîne par contre n’a pas réagi.
 

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS