Deux Premiers ministres libanais donnent une leçon à Noureddine Bedoui

2

Le successeur de Saâd Hariri, Mohammad Safadi, a jeté l’éponge avant même de prendre ses fonctions parce que les manifestants ont dit non au ravalement de façade proposé par le président Michel Aoun, auquel il est demandé instamment de combattre la corruption endémique dans le pays et revoir de fond en comble le mode de gouvernance au Liban.

C’est la seconde victoire que le peuple libanais enregistre en quelques semaines seulement de manifestations pacifiques, calquées sur le Mouvement de contestation populaire en Algérie. Les Libanais le disent eux-mêmes, et certains ont même brandi les couleurs algériennes aux côtés du drapeau au milieu duquel trône l’emblématique cèdre.

Ces deux succès du Hirak libanais sont à mettre à l’actif de l’approche démocratique du gouvernement qui, quelles que soient ses lacunes, demeure à l’écoute du peuple qui en est la source du pouvoir. Des succès qui renvoient inexorablement à la lutte acharnée que mènent les Algériens depuis près de neuf mois, sans avoir réussi à évincer les résidus du système Bouteflika qui usent de mille et une manœuvres pour se maintenir au pouvoir.

Lire aussi  Dangereuse mobilisation de mercenaires syriens et soudanais à nos frontières est

Le parallèle entre les mouvements de contestation populaires algérien et libanais est inévitable, l’un servant à l’autre de repère pour évaluer l’état d’avancement des deux révoltes. Si au Liban les deux Premiers ministres ont jeté l’éponge de leur propre gré pour éviter que la crise s’aggrave dans ce pays à l’équilibre ethnique et confessionnel fragile, en Algérie, Noureddine Bedoui occupe toujours le Palais du gouvernement bien qu’il fasse partie des premiers responsables politiques dont le peuple exigeait le départ dès le 22 février. Or, aucun symbole du système Bouteflika n’a remis le tablier après trente-neuf semaines de manifestations. Pis, le régime s’apprête à s’auto-légitimer par le biais d’une élection présidentielle considérée par les citoyens comme un substitut au «cinquième mandat» de Bouteflika.

Lire aussi  Constitution et réforme des institutions : Tebboune choisit le chemin le plus long

Gaïd-Salah et le pouvoir dictatorial qu’il incarne est aux antipodes des dirigeants libanais qui lâchent du lest pour essayer de trouver un terrain d’entente avec une population libanaise qui avance à grands pas vers la concrétisation de l’ensemble de ses revendications, sans violence. Le peuple algérien demeure, quant à lui, déterminé à «arracher son indépendance», même si sa lutte devait durer de longues autres semaines encore.

N. D.

Source :

2 Commentaires

  1. Le niveau d éducation entre Libanais et Algériens est loin d être pareil, raison pour laquelle, les résultats escomptés par le peuple ne peuvent être les mêmes, ET les réactions des chefs de l exécutif ne peuvent aussi être les mêmes.

  2. @BENMECHERI 19/11/2019 At 9 h 06 min

    Si tu te sens moins éduqué que les libanais c’es ton problème mais ne parle pas au nom du peuple algérien. Va conduire dans les rues de Beyrouth et tu comprendras le niveau d’éducation des libanais, à moins que par éducation tu sous entend la surface de peau décolettée

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici