Discours haineux sur les réseaux sociaux : et si les algériens mettaient de l’eau dans leur vin

Algérie – Le pays est confrontée actuellement à de multiples défis aussi bien sur le plan sanitaire que socio-économique. En effet, la crise sanitaire a eu de lourdes répercussions sur la société algérienne avec son corollaire d’effets néfastes sur de nombreux secteurs d’activités.

Bien avant l’avènement de la maladie à coronavirus, le pays était confronté à la baisse du prix du cours de pétrole. Cette situation avait alors contribué à augmenter le taux d’inflation fragilisant par la même occasion toute l’économie.

Il faut dire que l’économie algérienne repose en grande partie sur la production du pétrole et lorsqu’il y a des fluctuations sur le marché de l’or noir les effets sont immédiats. Depuis 2019, les algériens réclament un changement de système.

Le peuple a enregistré une victoire avec la chute du président Abdelaziz Bouteflika mais il reste encore beaucoup à faire. Face à ces multiples défis, de nombreux algériens sont à bout de nerfs. Le quotidien n’est pas facile à supporter et il faut apprendre à vivre au jour le jour.

Moins de haine plus de tolérance 

La colère des algériens est perceptible sur les réseaux sociaux. Ces canaux d’informations sont devenus des sortes d’exutoires qui permettent de se défouler. Peut-on en valoir à ces citoyens qui veulent se décharger d’un peu de pression ? La société algérienne se cherche des repères pour avancer sereinement vers l’avenir.

Quand ces repères viennent à manquer, il va s’en dire que le peuple est livré à lui même et dès lors, la porte est ouverte à toute sorte de dérives. Sur les réseaux sociaux, on constate trop souvent un discours empreint de haine et de dédain et cela n’aide pas à mettre en place un cadre serein.

Certains internautes sont prêts à vilipender et à utiliser des mots exécrables pour exprimer leur opinion et cela est très vicieux car cet état de fait crée un climat de suspicion et de colères. Chaque algérien doit prendre conscience qu’à son niveau il doit faire en sorte d’être un vecteur de cohésion. Il ne s’agit pas d’un procès à l’endroit des utilisateurs des réseaux sociaux, c’est une invite à réaliser sa propre introspection qui va servir de déclencheur afin de permettre l’édition d’une société juste et tolérante.

Lire cet article  Nourredine Tounsi retrouve la liberté

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS