Douzième acte du hirak : entre slogans extrêmes et rejet d’un régime militaire

1
Douzième acte du hirak : entre slogans extrêmes et rejet d’un régime militaire

Par Karim B. – Le douzième vendredi du hirak, qui commence à drainer du monde à travers les quarante-huit wilayas du pays, est marqué par des avis partagés suite aux dernières incarcérations qui ont touché plusieurs hauts responsables politiques et sécuritaires.

«Exécutez les traîtres !», lit-on sur un écriteau brandi sur la place de la Grande-Poste d’Alger, et barré d’une caricatures de l’ex-patron du DRS, le général Mohamed Mediene dit Toufik, l’ancien coordinateur des services de sécurité, le général Athmane Tartag dit Bachir, et le frère du président démissionnaire, Saïd Bouteflika, sous une corde de potence. Les citoyens qui lancent cet appel cherchent-ils à influencer la justice et à constituer une sorte de tribunal populaire alors même que le procès des prévenus n’a pas encore commencé ?

Dans le même carré de manifestants, d’autres citoyens arborent une pancarte sur laquelle il est écrit : «Non à un régime militaire !», dénonçant ainsi ce qui est considéré comme une dérive autoritaire suite aux dernières arrestations, notamment celle, hier, de la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, qui a suscité l’indignation de nombreux partis politiques dénonçant une atteinte à la démocratie.

Si les manifestants demeurent résolument engagés à sauvegarder le caractère pacifique des rendez-vous du vendredi, ils semblent néanmoins de plus en plus divisés sur la suite à donner à ce mouvement populaire né le 22 février dernier. On voit clairement qu’une partie de l’opinion fait corps avec l’état-major de l’ANP, en qui elle place sa confiance pour «éradiquer» le mal à la racine, et qu’une autre commence à s’inquiéter et à revendiquer un départ imminent de tous les symboles de l’ancien système «sans exception».

Une chose est sûre, quel que soit l’avis des manifestants, tous s’accordent à dire qu’ils continueront à battre le pavé jusqu’à ce que le changement dont ils exigent l’avènement rapide se réalise. Or, le dernier discours du général Ahmed Gaïd-Salah et les audiences du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, indiquent que le pouvoir persiste à vouloir tenir l’élection présidentielle le 4 juillet prochain, en dépit du refus de l’écrasante majorité des citoyens.

L’armée changera-t-elle d’avis d’ici là ? Le prochain discours de l’homme fort de l’armée éclairera notre lanterne sans doute sur le prochain itinéraire inscrit sur sa feuille de route.

K. B.

Source : algeriepatriotique

1 COMMENT

  1. Gaid Salah ou l’armée sur lesquels le peuple a placé sa confiance et ses espoirs donnent l’impression d’ignorer les véritables revendications du mouvement de contestation: le changement du système et le départ de ses hommes. L’annulation du cinquième mandat, la démission de Bouteflika comme le limogeage et la poursuite judiciaire des membres de son clan sont des concessions ou des manoeuvres qui ne signifient pas le changement réclamé par la très grande majorité des algériens. C’est tout l’appareil administratif avec son arsenal réglementaire qui doit être rénové pour rétablir la confiance entre les administrateurs et les administrés. Depuis l’indépendance, les algériens se plaignent de la mauvaise gestion du pays à cause de ses gouvernants médiocres et incompétents. Les réformes engagées par Chadli et Hamrouche ont été balayées d’un revers de main par l’armée et des gouvernements impopulaires. Bouteflika a consolidé ce système oppressif et répressif mis en place durant la décennie sanglante.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here