2020 : Les Algériens paieront plus cher les produits de première nécessité

3

Le ministre des Finances a annoncé, jeudi 7 novembre, lors de la deuxième séance de débat sur la loi de finance une nouvelle série de mesures qui auront un effet direct sur les consommateurs. Ainsi, Mohamed Loukal compte supprimer les subventions des produits de première nécessité et n’exclut pas le retour à la planche à billets.

Effets dévastateurs sur les ménages

Même habillées par une demande d’expertise de la banque mondiale, les mesures annoncées auront un effet direct sur les ménages et le pouvoir d’achat. Ainsi, la suppression des subventions va concerner surtout les produits essentiels à savoir ; le lait en sachet, les céréales panifiables « le pain », le sucre et l’huile ainsi que les carburants qui ne sont pas alignés aux prix des marchés internationaux.

Cette option a été déjà envisagée dans la loi de finance 2018 avant que le gouvernement à cette époque ne recule. Elle aura de lourdes conséquences sur les classes moyennes en sachant que les Algériens sont parmi les plus grands consommateurs de ces produits. Le citoyen devra payer le prix des échecs des politiques économiques inefficaces des gouvernements successifs. À court de solutions, ces derniers ont décidé d’appauvrir les plus pauvres afin d’atteindre un équilibre budgétaire devenu improbable après toutes les politiques rentières mises en place depuis des lustres.

Lire aussi  Taux de Change : Légère hausse du Dinar Algérien sur le marché noir

Les justifications du gouvernement

Le ministre des finances affirme que son gouvernement a fait recours à l’aide technique de la Banque mondiale, afin de définir les mécanismes à adopter dans cette réforme à court terme. Il indique qu’il s’agit d’une affectation de 1800 milliards de dinars de transferts sociaux directs et le même montant de transferts implicites. Il estime que pour réduire le déficit du budget de l’État, qui s’élève à 1500 milliards de dinars par an, il faut deviser ces subventions en deux. Le ministre explique que si les subventions des produits alimentaires se transforment à une aide directe au plus démunis, le gouvernement freinera « le gaspillage » de l’argent public qui n’arrive pas souvent dans les poches des plus démunis.

Lire aussi  ABDERRAHMANE BENKHALFA : Nous allons vivre une année difficile

Reste à désormais savoir comment mettre en place le dispositif qui évaluera les besoins des ménages, tout en sachant que les opérations de solidarité, telles que les couffins de ramadans et l’aide à l’entrée scolaire présentent déjà un casse-tête. Des opérations utilisées par certain responsable pour marchander un soutien politique à chaque échéance.

Source :

3 Commentaires

  1. Oui ils fdaut aligner les prix des consommables autres sur les prix internationaux . Mais ils faut aussi aligner les salaires sur ceux des pays occidentaux . Déja que les indemnités ( avie des élus) sont indécemment élévés . Soyez constant et logiques . M. Loukal allez vous rendre plus décents vos salaires et avantages.

  2. Un corrompu député élu frauduleusement qui touche environ 400 000 Dinars par mois primes et indemnités comprises, plus avantage des modestes citoyens et petit commerçant pour services rendus, c’est une coquette somme, c’est le salaire annuel d’un smicard Algérien, un million et demi de morts plus les traumatisés à vie pour un résultat pire, où elle est passée notre soit disant indépendance

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici