Hausse de l’Euro au marché noir en l’absence des bureaux de change officiels

1
EURO banknotes are seen in a bank in Heidelberg, Germany, on December 14, 2011. AFP PHOTO / STR

Alors que la Banque d’Algérie a autorisé l’installation des bureaux de change en 2016 pour s’occuper des transactions courantes avec l’étranger, ces derniers n’ont pas encore vu le jour, alors qu’ils étaient annoncés dans le journal officiel.

Les bureaux de change pour contrecarrer le marché noir

Ces bureaux, censés constituer un rempart au marché noir n’ont pas encore été mis en place pour des raisons qui restent mystérieuses. Le règlement de la Banque centrale a autorisé ces derniers à effectuer des changes de devises. Ils sont autorisés à acheter des devises contre du dinar pour ce qui est des résidents et non-résidents et vendre des devises contre du dinar pour les non-résidents exclusivement. Ces dispositions n’ont jamais été mises en pratique et restent lettre morte pour laisser les barons de la devise disposer de ce marché selon leur bon vouloir.

Lire aussi  Exclusif. 5 nouvelles plaintes à Paris contre la plus importante banque algérienne à l’étranger

Les barons du marché noir manipulent le marché à leur guise

Les gouvernements successifs ne sont pas arrivés à contrôler le marché de la devise et à mettre en place les bureaux de change officiels. Les gouvernants ont toujours toléré l’existence du marché noir de la devise sans que les raisons réelles ne soient avancées. Ce phénomène prend en otage toute une économie, vu les sommes colossales qui circulent dans les circuits informels et dont l’État n’a aucun droit de regard ni de régulation.

Ainsi, le taux de change reste tributaire des lois du marché noir, souvent inexplicables et incontrôlables, même si certains critères tels que la santé économique et les perspectives d’investissement jouent un grand rôle. Ce qui fait que dans la conjoncture actuelle, vu les indices économiques et la stagnation dans plusieurs secteurs, la devise européenne va continuer dans sa tendance haussière préjudiciable à la monnaie locale sans que l’État puisse intervenir.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici