ENVIRONNEMENT À BOUIRAUn volontariat pour sauver les apparences

ENVIRONNEMENT À BOUIRAUn volontariat pour sauver les apparencesL’Etat doit pénaliser pour préserver la nature et conforter les efforts des «bons» citoyens

La commune dispose d’une dizaine d’ouvriers balayeurs pour plus de 500 sites à travers le chef-lieu de wilaya.

Tout le monde aura constaté ces derniers jours un net regain de citoyenneté à travers la totalité des quartiers de Bouira. Depuis la cité des 140, en passant par la cité des 1100 Logements, deux quartiers populaires les plus denses, les citoyens montent des opérations de nettoyage et d’embellissement de leurs quartiers respectifs.
La situation est la même à la cité des 120 Logements, les 50 Logements, le quartier Château d’eau, la cité Zerrouki, Draâ El Bordj… les habitants, en plus de ramasser les déchets qui jonchent les trottoirs, élaguent les arbres, délimitent les espaces verts et boisent. En face de cette mobilisation sans précédente, et ce regain de conscience, certains continuent à jeter leurs gobelets partout, leurs bouteilles et leurs sachets sans aucune retenue. Plus grave que cela restent ces personnes qui jettent leurs gravats à la périphérie de la ville. L’image hideuse, visible aux alentours de la cité des personnels de l’université, sur le périphérique vers Aïn Bessem est là pour témoigner de ces actes d’incivisme.
L’Etat doit pénaliser pour préserver la nature et conforter les efforts des «bons» citoyens. En prévision de l’arrivée de l’hiver et de son humidité et pour éviter des catastrophes, la wilaya a mobilisé de gros moyens préventifs. En application d’un programme touchant la totalité des communes de la wilaya, et communément désigné par «plan de rattrapage», les services de la voirie de la commune de Bouira ont engagé pour leur part une vaste opération de nettoyage à travers l’ensemble des quartiers de la commune. Des engins et des agents se sont attelés à débarrasser les détritus et déchets qui jonchaient la ville. Cette opération qui se veut périodique selon les responsables, nécessite une adhésion des citoyens. «Il nous arrive de débarrasser des déchets et de retrouver d’autres le lendemain» nous confiera un fonctionnaire de la commune. Ce constat est confirmé et bon nombre de citoyens ne se soucient point de l’environnement. Avant cette louable initiative, la ville de Bouira était tristement réputée pour être une ville sale croulant sous les sachets jetés n’importe comment. L’opération qui coïncide avec la rentrée sociale, touche aussi le volet éclairage puisque les ser-vices concernés changent les lampes grillées; précisons que tout au long de l’été, la ville vivait dans l’obscurité en raison d’une pénurie de lampes. «L’effort fait par la commune ne peut réussir et durer dans le temps si les citoyens continuent à faire preuve d’incivilité en jetant leurs ordures partout» nous dira un élu de l’Assemblée populaire. Seule une adhésion totale des habitants demeure une solution pour venir à bout de la saleté surtout que la commune souffre d’un manque flagrant de personnel. La commune dispose d’une dizaine d’ouvriers balayeurs pour plus de 500 sites à travers le chef-lieu de wilaya. Même le lancement de l’opération «Blanche Algérie» n’est pas parvenu à combler ce manque. L’autre grand embarras reste la circulation. En ouvrant plusieurs nouvelles artères, la ville connaît une meilleure fluidité de la circulation. Le parking, lui, reste un souci pour les automobilistes malgré la création de plusieurs aires surveillées et gardées.. Les autres villes de Bouira peuvent suivre cet exemple.

Source : lexpressiondz.com

lexpressiondz.com