Ericsson Algérie : innovations continues et défis à venir

0
Ericsson Algérie : innovations continues et défis à venir

Par Houneïda Acil – Ericsson Algérie a organisé, aujourd’hui mardi, son troisième Ericsson Day en réunissant tous ses partenaires en Algérie afin de leur présenter les dernières innovations technologiques du groupe. Sur le thème «Préparer les réseaux du futur pour répondre aux défis à venir», le débat de cette troisième édition a tourné autour de l’«adoption de l’ultra-haut débit adossé à la virtualisation des réseaux sociaux avec pour objectif la dynamisation de l’écosystème qui entoure l’économie dans son ensemble».

Après avoir rappelé «la fierté du groupe d’être un partenaire historique de l’Algérie» qui continuera d’être «accompagnée par Ericsson dans ses futurs challenges», Yacine Zerrouki, directeur général d’Ericsson Algérie, a donné un aperçu des «contours de la stratégie du groupe au niveau local». Il a indiqué que les ambitions d’Ericsson Algérie vont de la «mise en place de solutions favorisant la meilleure expérience possible de l’utilisateur final au coaching des nouveaux talents», précisant, à ce sujet, que ces talents «apporteront, par leur potentiel novateur, leur capacité à apprivoiser le rythme de la digitalisation ainsi que par l’automatisation des réponses fiables aux problématiques de la société connectée de demain».

Les experts d’Ericsson se sont succédé pour démontrer les technologies de «l’IoT, l’OSS/BSS et la virtualisation» ainsi que «la radio 4G/5G, le cœur de réseau, le slicing et l’orchestration». Ils ont été unanimes à dire que l’optimisation des réseaux 4G et l’avènement de la 5G «offrent la promesse de réseaux fiables et ultra-performants ainsi que la garantie d’une qualité de service supérieure, qui renforcera le déploiement de l’IoT au service de l’industrie 4.0, de la santé, des villes intelligentes et de l’environnement».

Des ateliers workshops ont été tenus à cette occasion pour «décrypter les attentes des opérateurs partenaires» et «optimiser leurs prestations et envisager des technologies nouvelles à même de réaliser des économies de bande passante sur leurs réseaux» avec une haute qualité de service.

«Le développement de nouvelles technologies sur les réseaux mobiles s’accélère à la faveur d’un monde ultra-interconnecté. La demande en protocoles de communications de plus en plus efficaces et performants est ainsi incontournable. Cette course aux délais de réponse toujours plus réduits a pour but de faciliter la communication, d’améliorer la vie des utilisateurs, d’accompagner les étudiants dans leur apprentissage, de permettre à la médecine et aux services d’aide au citoyen d’être encore plus efficace», ont attesté les experts d’Ericsson.

1,5 milliard d’abonnés 5G en 2024

Le rapport sur la mobilité d’Ericsson indique que la 5G devrait couvrir plus de 40% de la population mondiale d’ici la fin 2024 et atteindra 1,5 milliard d’abonnés au très haut débit. Le rapport fait savoir que la 5G sera la technologie cellulaire la plus rapide en termes de déploiement à l’échelle mondiale.

Selon le même rapport, la 5G représentera en Amérique du Nord 55% des abonnements mobiles d’ici la fin 2024. Elle dépassera 43% en Asie du Nord-Est. En Europe, la 5G captera environ 30% des abonnements mobiles de la même période. Concernant les connexions IoT cellulaire, en 2024, il est prévu sur les 4,1 milliards  l’Asie du Nord-Est devrait en concentrer 2,7 milliards. Ce qui témoigne de la taille du marché IoT cellulaire dans cette région du monde. Le trafic mobile a progressé de 79% entre le 3e trimestre 2017 et le 3e trimestre 2018, où la Chine joue un rôle majeur. Entre 2018 et 2042, le trafic total de données mobiles devrait être multiplié par cinq, les réseaux 5G acheminant 25% du trafic d’ici la fin de cette période.

Ericsson Mobility Report 2018 : 1,045 milliard d’abonnés pour l’Afrique

Le Consumer  Lab d’Ericsson qui a réalisé une enquête sur l’évolution du marché des télécoms dans le monde et le comportement des utilisateurs a révélé que sur «les 120 millions de nouveaux abonnements au mobile dans le monde, l’Afrique en a totalisé 14 millions avec un taux de pénétration du mobile de 82%».

Cette étude, publiée en septembre dernier, fait savoir que dans le monde, 7,9 milliards d’abonnés étaient recensés au 3e trimestre 2018, dont 1,045 milliard pour l’Afrique. Pour ce qui est du haut débit, le nombre d’abonnements est passé à 5,7 milliards. L’Asie Pacifique (hors Chine et Inde) arrive en tête avec 1,5 milliard d’abonnements. L’Afrique se situe en 4e place avec 1,045 milliard contre 1.06 milliard pour les Amérique du Nord et Latine et 1,09 milliard pour l’Europe de l’Est et de l’Ouest. Le taux global des abonnements mobile a, quant à lui, atteint 82% en Afrique, 111% au Moyen-Orient et 142% en Europe Centrale et de l’Ouest, contre 104% aux Etats-Unis et ce juste au 3e trimestre de 2018.

Selon la même étude, les prévisions concernant les connexions IoT cellulaires devraient atteindre 1,4 milliard d’ici, 2024, avec un rythme de progression annuel de 27%. Le trafic de données mobiles devrait être multiplié par neuf entre 2018 et 2024 pour le Moyen-Orient et l’Afrique, ce qui représentera le taux de croissance le plus élevé au monde.

Concernant la mobilité en Afrique, près de 20% des abonnements étaient en LTE en Afrique du Nord à fin 2017. Et la région devrait évoluer au cours de la période de prévision et d’ici 2023, près de 90% des abonnements devraient être mobiles. Raisons de ce changement : une population jeune, aux compétences digitales croissantes.

Réseaux sociaux : impact et évolution

Le rapport du Constumer Lab d’Ericsson sur les réseaux sociaux atteste que ces derniers «font partie intégrante» de la vie quotidienne et touchent plus de 80% d’utilisateurs. Ce pourcentage représente 10%du trafic total des données mobiles et est appelé à augmenté de 31% par an dans les six années à venir. En outre, plus de 3 milliards de personnes consultent régulièrement au moins un réseau social. Entre 2014 et 2018, le temps moyen consacré aux applications de médias sociaux a augmenté de près de 60%.

Les utilisateurs ont du mal à vivre sans Facebook, Twitter, Instagram ou Whatsapp. Les services de ces réseaux sociaux sont passés de 1,3 milliard d’utilisateurs actifs uniques par mois en 2014 à 2,5 milliards en 2018. Des taux de croissance similaires sont également observés par les autres réseaux. Le rapport d’Ericsson fait savoir que les utilisateurs de ces médias sociaux sont conscients des problèmes de ces plateformes, notamment les fake news, les trolls, etc. Plus de 20% interrogées font confiance aux réseaux sociaux mais n’y postent pas leurs données personnelles et 60% sont préoccupées que ces médias utilisent leurs informations. Bien qu’ils deviennent prudents, les utilisateurs de réseaux sociaux continuent à les utiliser. 30% des personnes sondées refusent de dire combien de temps passent-ils dans ces réseaux qui deviennent importants dans la vie des gens. 60% pensent que leur utilisation augmentera dans le futur.

Houneïda Acil/C. P.

Source : algeriepatriotique

algeriepatriotique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here