Exclusif. Le lobbying secret de Mohamed Rougab et du général-major Lechkham pour la victoire de Tebboune le 12 décembre prochain

3

Avant même le début de la campagne électorale pour les élections présidentielles du 12 décembre prochain, des lobbys se mettent secrètement en place pour lancer des manoeuvres scélérates visant à favoriser ou parrainer le candidat Abdelmadjid Tebboune, l’ex-premier ministre d’Abdelaziz Bouteflika. Deux hommes clés jouent rôle incontournable dans la mise en oeuvre de ce plan : Mohamed Rougab, l’ex-secrétaire particulier d’Abdelaziz Bouteflika à la Présidence de la République, et le général-major Abdelkader Lechkham, le patron du service des transmissions et d’une direction chargée des questions numériques au ministère de la Défense Nationale, l’un des hauts gradés les plus influents actuellement de l’institution militaire. 

Rougab, qui fut pendant de longues années l’un des piliers du palais présidentiel d’El-Mouradia durant le règne de Bouteflika, et Abdelkader Lechkham se connaissent depuis des années. Originaires de la même région, à savoir Laghouat, le général Abdelkader Lechkham doit énormément à Mohamed Rougab concernant son ascension fulgurante au sein de l’armée algérienne. Mohamed Rougab a toujours recommandé son ami Lechkham auprès de son réseau d’influence au sein du Palais Présidentiel. Aujourd’hui, après la chute du clan présidentiel des Bouteflika, MOhamed Rougab a joui d’une impunité controversée en dépit de son implication directe dans plusieurs dossiers de corruption et d’abus de fonctions.

Lire aussi  Le Président Tebboune recevra mardi prochain des responsables de médias publics et privés

Le général-major Abdelkader Lechkham a su comment renvoyer l’ascenseur à son ami et allié Mohamed Rougab, a-t-on confirmé au cours de nos investigations. Ainsi, malgré son limogeage brutal le 20 avril dernier de la Présidence de la République, Mohamed Rougab a gardé une influence intacte et conservé son “réseau” au plus haut sommet du pouvoir algérien.

Abdelkader Lechkham et Mohamed Rougab ne veulent pas jouer le rôle des spectateurs lors du futur scrutin présidentiel du 12 décembre prochain. Assoiffés de pouvoir et en quête de nouveaux privilèges, ils ont décidé de “miser sur un cheval”. Il s’agit d’Abdelmadjid Tebboune, le candidat sulfureux. Les trois hommes ont tissé discrètement une alliance “stratégique” consistant à rallier à leur cause le maximum de hauts responsables militaires et civils en prévision d’un “précieux coup de pouce” lors du vote du 12 décembre prochain.

Ils ont commencé par approcher le patron de la DGSN, Khelifa Lounissi, qui dispose de puissants relais au sein des services de sécurité, afin de soutenir la campagne de Tebboune. Ils ont, ensuite, tenté de draguer Belkacem Zeghmati, le puissant ministre de la Justice, l’homme qui détient les clés de cette future élection présidentielle puisque les juges pourront influencer directement les résultats annoncés par l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie), chargée de superviser le déroulement de cette délicate élection présidentielle du 12 décembre prochain.

Lire aussi  Le ministère de la Santé opte pour un changement

De son côté, le général-major Lechkham tente de “recruter” des soutiens dans les rangs de l’ANP pour plaider la cause de Tebboune et convaincre l’establishment militaire de “miser sur lui” et de faciliter son “accession à la magistrature suprême”, à savoir le poste du Président de la République. Selon nos sources, pour l’heure, de nombreux officiers travaillant sous la coupe de Lechkham ont été mobilisés pour appuyer la campagne de Tebboune. Cela risque de semer le doute et de jeter le discrédit sur les résultats finals du scrutin présidentiel du 12 décembre. Et pour cause, ces réseaux et lobbys puissants peuvent facilement tromper la vigilance de l’ANIE, ou la manipuler tout bonnement, pour truquer les résultats d’une élection présidentielle rejetée massivement par le Hirak, le mouvement populaire algérien. Le haut commandement de l’ANP est-il conscient de ce danger ?

Source :

3 Commentaires

  1. Ce gens là vivent sur une autre planète, le peuple dit non, donc vous pouvez manigancer comme vous voulez cela sera peine perdue. Pour réussir cette fois il faut changer carrément le peuple !
    Quant au plat d’escoubille que vous préparez, nous n’avons plus faim. Merci.
    **Escoubille= un plat du sud de la France, un mélange de tout mais absolument tout les restes du frigo.*une khalouta.

  2. Cela prouve que Mr Bouteflika est candidat a sa propre succession,ça fait depuis l’indépendance confisquée que peuple Algérien méprisé,sous estimé;berné,et non respecté,par les remplaçants de l’occupant,et pourtant c’est grace aux sacrifices de ce peuple que ces traitres ont pris le pouvoir

  3. A tout dire les probabilités de la tenue de ces élections fantoches sont -pour de multiples et diverses raisons- quasiment nulles…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici