Exclusif. Nidhal Chentouf : “Je n’ai absolument rien à voir avec l’affaire de Kamel le Boucher”

Nidhal Chentouf ! Depuis plusieurs semaines, ce nom alimentait une vive polémique. Plusieurs médias ont fait croire aux Algériens que Nidhah Chentouf, le fils du général-major Habib Chentouf, le désormais ex-commandant de la 1er région militaire puisqu’il a été mis à la retraite jeudi soir suite à une décision prise par la Présidence de la République, était impliqué dans le scandale de la cocaïne du port d’Oran. 

Plusieurs sources ont fait propager des rumeurs affirmant la fuite à Londres de Nidhal. Certaines de ces sources ont même relié le limogeage du commissaire divisionnaire Lahcen Hassaine, responsable de la police des frontières l’aéroport international d’Alger, à la fuite supposée de Nidhal Chentouf. Après de nombreuses investigations, Algérie Part a retrouvé Nidhah Chentouf. Ce dernier a accepté de se confesser pour revenir sur les dessous de cette incroyable polémique qui a enflammé les réseaux sociaux.

“Je n’ai absolument rien à voir avec l’affaire de Kamel le Boucher”, nous confie tout de go Nidhah Chentouf qui se trouve bel et bien en Algérie comme nous avons pu le vérifier par nos soins. Âgé de 32 ans, le fils du général-major Habib Chentouf vit à Birkhadem dans la banlieue d’Alger et dirige une petite entreprise spécialisée dans la vente et production du béton prêt à l’emploi, une entreprise basée dans la wilaya de Blida.

“Je n’ai jamais fui le pays et je n’ai jamais été convoqué par les enquêteurs qui travaillent sur le scandale de Kamel le Boucher. Je n’ai, d’ailleurs, jamais croisé ce monsieur de ma vie ! Toutes ces rumeurs malsaines sont infondées”, jure notre interlocuteur selon lequel son passeport ne comporte même pas un visa anglais. “La dernière fois où j’étais en Angleterre remonte à 2007 ! Et si j’étais recherché ou impliqué dans un quelconque scandale, pourquoi je n’ai pas fait l’objet d’une arrestation à mon retour de vacances (Turquie) alors que je suis rentré le plus normalement possible comme tous les autres citoyens algériens en passant par l’aéroport international d’Alger ?”, confie le fils du général-major Chentouf.

D’un ton désabusé, Nidhal Chentouf déplore toute cette campagne virulente dont a fait l’objet depuis l’éclatement de l’affaire de la cocaïne du Port d’Oran. Et s’il a rompu le silence que maintenant, c’est pour préserver l’intégrité de son père qui était toujours en poste de commandant d’une région militaire jusqu’à ce jeudi 16 août. “Je me sens maintenant libre de m’exprimer pour démentir toutes ces rumeurs malveillantes qui me salissaient pendant toute cette période”, nous fait savoir enfin Nidhal Chentouf d’après lequel il n’a jamais entretenu “un train de vie princier” ou un réseau de connaissances au sein du puissant monde des affaires. “Ma petite entreprise emploie 22 personnes et je paie mes impôts comme les tous autres algériens”, révèle le fils d’un général-major qui fut jusqu’à hier jeudi l’un des officiers les plus puissants de l’armée algérienne.

 


Source : Algerie-part

Algerie-part