in

Fermeture des frontières : la diaspora algérienne hausse le ton

Avec l’avènement de la pandémie du coronavirus, les secteurs aériens ont été lourdement impactés. Selon les experts du domaine, il s’agit de la plus grande crise que le secteur aérien a eu à traverser. Les pertes s’élèvent à des milliards de dollars.

Aucune date pour la réouverture des frontières

Lorsque le coronavirus déferlait sur le monde, la quasi-totalité des avions était clouée au sol. Par conséquent de nombreux voyageurs se sont retrouvés bloqués dans plusieurs régions du monde sans possibilités de rentrer dans leur pays d’origine. Ce fut notamment le cas pour de nombreux algériens. Pour freiner la propagation du coronavirus, les plus hautes autorités algériennes avaient décrété la fermeture des frontières terrestres et aériennes. Près d’un an après l’apparition des premiers cas covid en Algérie, la mesure de fermeture des frontières est toujours d’actualité.

La situation sanitaire ne permet pas une réouverture totale des frontières. Cette situation cause de nombreux désagréments aux algériens à l’extérieur qui souhaitent rentrer au pays. Présentement, il n’y a que les compagnies aériennes étrangères qui desservent l’Algérie. Il fut un moment où la compagnie nationale Air Algérie procédait à des vols de rapatriement des algériens qui étaient à l’extérieur. Cependant, depuis le 1er mars dernier, les autorités ont décidé de suspendre les vols de rapatriement d’Air Algérie. Cette décision des premières autorités a provoqué une levée de boucliers auprès de la diaspora algérienne.

Le ras le bol de la diaspora

Ce Lundi 3 Mai, un collectif de la diaspora algérienne a fait une déclaration pour dénoncer la décision du gouvernement. “Des statistiques fiables et des informations sur les réseaux sociaux confirment que des étrangers de différentes nationalités entrent et sortent régulièrement de l’Algérie depuis l’annonce de la fermeture de la frontière jusqu’à nos jours” peut-on lire sur la page officielle de la communauté algérienne de Turquie.Selon la communauté algérienne à l’extérieur, les dirigeants se livrent à une politique de deux poids deux mesures qui ne dit pas son nom. Les représentants du collectif estiment qu’il y a plusieurs voyageurs algériens qui sont bloqués à l’extérieur dans des situations précaires.

Le collectif appelle donc les autorités à prendre leurs responsabilités vis-à-vis des algériens qui sont à l’extérieur. Un chapelet de doléances fut égrainé au nombre desquelles la permission à la communauté algérienne à l’extérieur d’acheter les billets chez les compagnies étrangères pour rentrer en Algérie. Le collectif a vivement recommandé l’annulation pure et simple de l’autorisation spéciale pour rentrer en Algérie. Pour les représentants de la communauté algérienne, cette autorisation n’est ni plus ni moins qu’une humiliation.

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *