France: les autorités judiciaires commencent à prononcer des peines de prison ferme contre les Harragas algériens

 

Algérie –En France, les autorités judiciaires ont décidé de faire recourent de plus en plus à des peines de prison ferme pour sanctionner les migrants clandestins algériens qui refusent de quitter le territoire français. Plus de détails à travers l’édition de cet après midi.

L’étau se resserre autour des Harragas algériens en Europe notamment en France. En effet, ce mercredi 24 novembre 2021, à Caen, une importante ville portuaire située au nord de la France, pour s’être soustrait aux obligations d’un retour à la frontière, soulignent plusieurs médias français, un harraga algérien a été condamné à 4 mois de prison ferme. Cette condamnation n’est pas un acte isolé car plusieurs verdicts similaires ont été prononcés ces derniers mois par divers tribunaux français.

Déjà en fin d’année 2020, un autre harraga algérien avait été condamné à six mois de prison ferme pour ne pas avoir respecté l’interdiction de demeurer sur le territoire français. Depuis le début de l’année 2021, ces affaires ne cessent de se multiplier avec l’arrivée massive d’un nombre important de Harragas algériens sur le territoire français en provenance de l’Espagne où ils débarquent à la suite de leur périlleuse traversée de la Méditerranée.

Lire aussi :
L'influenceur algérien Rifka refoulé à l’aéroport de Mexique sans raison

Les autorités judiciaires françaises ont décidé également de s’attaquer aux « passeurs » qui font transiter les harragas algériens depuis l’Espagne vers la France. Au cours du mois de septembre dernier, au moins huit passeurs algériens, qui transportaient des migrants depuis l’Espagne, ont été arrêtés par la police en Haute-Garonne, dans le sud-ouest de la France, et placés ensuite en détention.

Cette affaire a éclaté le 5 octobre dernier. Disposant de titres de séjours espagnols, ces huit personnes transportaient des migrants depuis Lérida en Espagne jusqu’à la gare SNCF de Matabiau à Toulouse. Des trajets pour lesquels ils réclamaient aux potentiels passagers entre 200 et 500 euros. D’après les conclusions de l’enquête policière, « une trentaine de migrants, la plupart algériens et récemment débarqués en Espagne, ont été transportés ». Ils ont, depuis, tous été reconduits en Espagne.

Lire aussi :
Nouvel ambassadeur d'Algérie : la Suède donne son agrément

Il est à signaler que cette traque judiciaire et policière est suivie par de nombreuses autres opérations de contrôle très minutieux qui sont programmées au niveau des frontières franco-espagnoles. Notons que, le dispositif des forces de la Police aux Frontières (PAF) s’est très intensifié dépuis un moment. Cela pour détecter le moindre flux migratoire alimenté par les Harragas algériens qui veulent s’établir en France.

.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL