France : nouvelle offensive de Cevital et Verdoso pour racheter Lapeyre

Alger expat – Le groupe privé Cevital,  fondé et présidé par l’homme d’affaires Issad Rebrab, veut relancer un nouveau projet en France. Le conglomérat algérien s’est associé avec le groupe Verdoso pour racheter l’entreprise française Lapeyre, spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de menuiseries.   

Cette semaine, on apprend que Cevital s’est associé à Verdoso pour introduire une offre de reprise de Lapeyre, filiale du groupe français Saint-Gobain,  spécialisé dans les menuiseries. C’est l’intersyndicale de l’entreprise qui a annoncé  que  « Verdoso et Cevital ont répondu à la sollicitation des salariés en présentant au tribunal de commerce une offre commune et améliorée », pour le rachat de leur entreprise.

Les deux investisseurs proposent, selon les syndicats, le « maintien de l’intégralité des sites de production et la création nette de 49 emplois en distribution » et « l’apport de 25 millions d’euros dès la cession par Verdoso et Cevital, contre 15 millions d’euros pour Mutares ».

Après avoir déjà, racheté deux entreprises françaises, à savoir Oxxo et le groupe Fagor-Brandt, Issad Rebrab se lance ainsi dans dans un nouvel investissement en hexagone, C’est pour dire que ce n’est pas la première fois que Issad Rebrab choisit la France pour implanter ses investissements. L’homme  le plus riche d’Algérie est, en effet, à l’origine du sauvetage du spécialiste de fenêtres en PVC Oxxo, repris en 2013 alors qu’il était en liquidation judiciaire.

Lire cet article  Sale temps pour les activistes et les opposants politiques

En 2014, Cevital avait aussi été appelé à la rescousse pour sauver le fabricant d’électroménager FagorBrandt. Une mission acceptée par Issad Rebrab qui avait déboursé environ 200 millions d’euros pour acquérir les activités françaises, polonaises et espagnoles du Groupe Brandt. À chaque acquisition, la majorité des emplois a été préservée.

En attendant la relance du projet EvCon

En 2018, le PDG de Cevital est entré dans la transaction pour le rachat et l’implantation d’une usine EvCon de stations de production d’eau ultra-pure sur le site PSA de Charleville-Mézières. Ce projet, actuellement au point mort, a été freiné suite à l’incarcération d’Issad Rebrab et l’apparition de  la pandémie du Covid-19. En effet, le milliardaire algérien a été condamné à dix-huit mois de prison, dont six fermes, en avril 2019. Ces deux événement ont grandement compromis l’accélération de l’investissement.

Lire cet article  Élections locales : le RND n'est pas content du déroulement du processus électoral

Issad Rebrab parie sur la colocalisation

Si Issad Rebrab multiplie ses investissements en France, c’est parce que les autorités de ce pays lui facilite la tâche en lui accordant des facilitations et un cadre économique plus avantageux. Dans ses investissements, Issad Rebrab parie sur la colocalisation. Un modèle économique qui s’accomplit en rassemblant la production de sites implantés en à l’étranger  et en Algérie. Cevital crée ainsi une unité de taille internationale capable d’être compétitive sur le marché mondial.

«Chaque pays doit garder ses avantages comparatifs. La France est un pays qui innove et a des universités de qualité. L’Algérie a des coûts de production plus compétitifs. C’est grâce à cette colocalisation que nous avons sauvé Oxxo et Brandt. Une telle voie a très bien réussi à l’Allemagne lorsqu’elle avait choisi, sous Schroeder, de transférer dans les pays de l’Est sa production non compétitive et de miser dans son pays sur les produits de forte valeur ajoutée et la recherche. C’est ce que j’entends faire avec la France», expliquait en 2016, le richissime homme d’affaires algérien.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS