Fuite des cerveaux, le CRED révèlent des chiffres inquiétants

A l’obtention du baccalauréat, nombreux sont ceux qui souhaitent continuer leurs études à l’étranger notamment en France. Mais à la fin de leurs cursus peu d’entre eux choisissent de rentrer occasionnant au passage la fuite des cerveaux.

En effet, en Algérie, si l’on en croit à une enquête réalisée par le centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CRED), la plupart préfère y rester à l’issue de leurs cursus scolaire.

Les prélèvements de cette enquête menée auprès des étudiants ressortissants en France montre que 78% d’entre eux, déclarent n’avoir pas l’intention de rentrer à la fin de leurs études. Au moment où certains envisage la possibilité de s’installer pour y rester définitivement, 21% veulent découvrir d’autres pays.

Lire cet article  Propos d'Emmanuel Macron : Alger ne décolère pas contre la France

La même source indique que les étudiants qui sont sûr de vouloir retorner en Algérie sont chiffrés à 22%. Ces chiffres montrent clairement la situation inquiétante sur la fuite des cerveaux.

Ceux qui veulent partir sont majoritairement dans les filières scientifiques

Pire, même les diplômés qui sont actuellement en Algérie étudie la possibilité de quitter le pays pour d’autres cieux, renseigne le sociologue Mohamed Saïb Musette.

“Une étude récente indique un fort désir de migrer de la part des diplômés de l’enseignement supérieur. un diplômé algérien sur deux affiche son intention de quitter l’Algérie”, a- t-il fait savoir ajoutant que ceux qui aspire à quitter le pays sont majoritairement des employés qui sont dans les filières scientifiques.

Lire cet article  Italie : Lamamra s'est rendu dans un site historique

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS