Guerre d’Algérie : La levée du secret des archives algériennes traînera la France en justice

Algérie – France : Le journal « L’Indépendant » a révélé dans un reportage que la décision prise par la France de déclassifier les dossiers des archives nationales liés à la période de sa colonisation de l’Algérie permettra aux Algériens de recourir à la justice.

Mohamed Andric, l’un des témoins oculaires ayant survécu aux massacres de la Seine que la police française a perpétrés contre les Algériens, a déclaré que le dossier n’a pas encore été ouvert devant la justice française, notant que malgré des centaines de policiers filmant les scènes de meurtre, Aucune affaire n’a été déposée au niveau des Tribunaux jamais, selon la même source.

Pour sa part, Arezki Amaziur, un autre témoin oculaire, a déclaré au même journal que les archives contiennent beaucoup d’informations que nous n’avons pas encore découvertes, soulignant qu’il a déposé, avec un certain nombre d’Algériens, des pétitions demandant l’ouverture des archives. , mais il a été conservé longtemps.

Dans le même contexte, un porte-parole du gouvernement français a déclaré à The Independent que la publication des fichiers liés aux archives est l’occasion pour Paris d’examiner les faits historiques sans équivoque.

Lire aussi :
Algérie : la date du premier jour du ramadan 2022 dévoilée

En décembre dernier, la ministre française de la Culture, Roselyn Bachelot, a annoncé que son pays avait décidé de lever le secret des archives de la Révolution de la Libération, 15 ans avant les délais légaux.

Le ministre a expliqué que la décision comprend les archives liées aux enquêtes des services de police et de gendarmerie pendant la révolution de libération algérienne.

De son côté, l’historien spécialiste des relations algéro-françaises, Emmanuel Blanchard , a souligné qu’il ne fallait pas attendre la partie qui sera déclassifiée des archives pour obtenir une « portée » ou de nouvelles informations.

Blanchard a souligné, dans une déclaration relayée par les médias français, que déclassifier les archives dans les enquêtes de la police et de la gendarmerie pendant la révolution éditoriale algérienne est une étape positive pour la recherche historique et scientifique et rien de plus.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL