Iftar à Constantine et Oran : Ooredoo partage l’ambiance du Ramadhan avec ses employés

0

Ooredoo saisit l’occasion du Ramadhan pour partager, avec ses employés, l’ambiance de ce mois sacré en les conviant à des Iftar et des soirées conviviales.
Fidèle à cette louable tradition, Ooredoo a organisé des Iftar en l’honneur des cadres et de ses employés, le 13 mai à Constantine pour la région Est et le 14 mai à Oran pour la région Ouest, et ce en présence du Directeur général de Ooredoo M. Abdullatif Hamad Dafallah et de l’ensemble de l’encadrement de l’entreprise. Ces rencontres ont été l’occasion pour le Directeur général de présenter ses vœux aux employés à l’occasion du Ramadhan et pour saluer leur dévouement et leur engagement qui ont permis à l’entreprise de maintenir sa position dans le marché national de la téléphonie mobile. Lors de ses échanges avec les employés des différents départements et services de l’entreprise, M. Dafallah a réaffirmé la nécessité de poursuivre les efforts afin de continuer à offrir aux clients des services modernes et de qualité partout en Algérie. Il soulignera, à ce propos, le rôle prépondérant des directions régionales dans la mise en œuvre de la stratégie de développement de Ooredoo. Une troisième rencontre avec les employés de la région Centre est également prévue la semaine prochaine à Alger. Faisant de la proximité avec ses employés l’une de ses principales valeurs, Ooredoo met l’épanouissement professionnel de sa ressource humaine au cœur de sa stratégie de développement.

La terre a tremblé à Bordj Bou-Arreridj
Une secousse tellurique d’une magnitude de 4.0 sur l’échelle ouverte de Richter a été enregistrée vendredi à 13h20 dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, indique le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) dans un communiqué.
L’épicentre de la secousse a été localisé à 2 km ouest de Ben-Daoud (w. Bordj Bou-Arreridj), précise la même source.

Malaisie : une adolescente se suicide après un sondage sur Instagram
Une adolescente malaisienne, qui avait publié un sondage sur son compte Instagram demandant si elle devait «vivre ou mettre fin» à ses jours, s’est suicidée après avoir vu la majorité de ses followers voter pour la mort. La jeune fille, âgée de 16 ans et habitant à Kuching dans l’État malaisien de Sarawak, est «subitement» morte après avoir posté ce sondage sur le réseau social lundi, a déclaré la police citée par les médias locaux. «Très important, aidez-moi à choisir entre D/L», a-t-elle écrit sur son compte selon le site internet d’informations Astro Awani, les lettres «D» se référant apparemment à la mort (death en anglais) et «L» à la vie (life). Pas moins de 69% des internautes ont voté pour la mort et 31% pour la vie, selon la police. Ce suicide a déclenché de multiples réactions en Malaisie. Le député Ramkarpal Singh a appelé à l’ouverture d’une enquête «pour éviter d’autres abus sur les réseaux sociaux dans de semblables circonstances à l’avenir». Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Syed Saddiq, s’est dit inquiet pour la santé mentale des jeunes en Malaisie. «C’est un problème national qui doit être traité sérieusement», a-t-il déclaré. La responsable de la communications d’Instagram pour l’Asie Pacifique, Ching Yee Wong, a transmis ses condoléances à la famille. Elle a reconnu que le réseau social détenu par le groupe Facebook, avait «l’importante responsabilité de s’assurer que les gens qui utilisent Instagram se sentent en sécurité et soutenus», appelant ceux qui y recourent «à utiliser les outils de signalement et à contacter les services d’urgence s’ils voient que la sécurité de quelqu’un est en danger».

 

Facebook limite l’usage de sa plateforme vidéo en direct, après l’attentat de Christchurch
Le réseau social Facebook a annoncé mercredi restreindre l’usage de sa plateforme Live de vidéo en direct, dont s’est servi le terroriste de Christchurch en Nouvelle-Zélande pour diffuser le massacre de 51 personnes dans des mosquées mi-mars. Facebook, avait été critiqué pour avoir tardé à interrompre la vidéo, dont des images s’étaient très rapidement répandues sur internet. Le groupe avait alors promis de revoir les conditions d’usage de Live mais sans prévoir de différer les diffusions. Désormais, les utilisateurs enfreignant les règles d’utilisation du réseau social, notamment celles proscrivant les «organisations et individus dangereux», n’y auront plus accès pendant un certain temps, et ce dès la première infraction. La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a estimé qu’il s’agissait d’un «bon premier pas», soulignant que l’attentat terroriste du 15 mars «a mis en lumière la façon dont la diffusion en direct d’images en streaming peut être mal utilisée pour propager de la haine. Facebook a fait un premier pas tangible pour arrêter cette tactique répétée sur leur plateforme». Des vidéos circulaient sur Youtube et Facebook montraient un homme, muni d’une caméra montée sur son casque, entrer dans une mosquée et ouvrir le feu sur des fidèles.

Tizi-Ouzou : Décès d’un ouvrier par électrocution (Boghni)
Un ouvrier d’une entreprise d’électricité est décédé, par électrocution, sur un chantier au lieu dit, cité Chouhada, dans la commune de Boghni (40 Km au Sud de Tizi-Ouzou), rapporte dans la soirée, un communiqué de la Protection civile. L’ ouvrier travaillait pour une entreprise de travaux d’électricité sous traitante pour Sonelgaz a été découvert mort sur un poteaux électrique, aux environs de 15h20, alors qu’il procédait à des réparations du réseau . Agé de 47 ans, la victime évacuée par les éléments de l’unité de la Protection civile de Ouadhias vers l’hôpital de Boghni , selon la même source.

Chiffre du jour : 1 100

Près de 1 705 cas probables et confirmés du virus Ebola ont été signalés en République démocratique du Congo (RDC) depuis l’apparition d’un foyer de cette maladie dans ce pays en août dernier, a déclaré mardi un porte-parole des Nations unies. Farhan Haq, porte-parole adjoint du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a ajouté que 1 122 personnes étaient décédées depuis lors, ce qui représente les deux tiers des cas signalés. Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), seule la moitié des 148 millions de dollars demandés pour répondre au virus Ebola jusqu’en juillet ont été financés, a indiqué M. Haq. Le Plan de réponse humanitaire pour la RDC souffre dans son ensemble d’un manque de financement critique, puisque les besoins de financement de 1,65 milliard de dollars ne sont couverts qu’à hauteur de 12 %, ce qui sape fortement ces efforts de réponse, a-t-il ajouté. Selon un récent rapport du Projet d’évaluation des capacités, les attaques et affrontements entre des groupes armés et les forces de sécurité congolaises depuis le mois de mai ont provoqué le déplacement de plus de 12 000 personnes dans les provinces du Nord Kivu et d’Ituri dans l’Est de la RDC. Les déplacements empruntant des territoires infectés par Ebola peuvent favoriser la propagation de la maladie, met en garde ce rapport. «Les déplacés empruntant des voies de passage informelles vers l’Ouganda, sans être dépistés, augmentent le risque de propagation de l’Ebola vers les pays voisins».

Source : lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here